Compte rendu du 1er...• Gabriel Hoinsoudé SEGNIAGBETO (Agbo Zégué, Togo) Zoologiste,...

of 62/62
1 Compte rendu du 1 er voyage d’étude organisé dans le cadre du projet Expertise Universitaire – Mangrove (EU-M) Rencontre des praticiens béninois, malgaches, togolais, ghanéens, sénégalais et gambiens Lieu : Sénégal & Gambie Palmarin, Joal, Saint Louis, Toubacouta et Foundiougne du 19 au 26 mars 2018
  • date post

    26-Mar-2021
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Compte rendu du 1er...• Gabriel Hoinsoudé SEGNIAGBETO (Agbo Zégué, Togo) Zoologiste,...

  • 1

    Compterendudu1ervoyaged’étudeorganisédanslecadreduprojet

    ExpertiseUniversitaire–Mangrove(EU-M)

    Rencontredespraticiensbéninois,malgaches,togolais,

    ghanéens,sénégalaisetgambiens

    Lieu:Sénégal&Gambie

    Palmarin,Joal,SaintLouis,ToubacoutaetFoundiougne

    du19au26mars2018

  • 2

    SOMMAIRELEPROJETEU-M.................................................................................................................3SYNTHESEDUVOYAGED’ETUDE........................................................................................5I/INTRODUCTION..............................................................................................................7A.Compositiondeladélégation...........................................................................................7B.Lesobjectifsduvoyaged’étude.....................................................................................11C.Agendaduvoyaged’étude.............................................................................................12

    II/CONTENUDESVISITES.................................................................................................14A. Jour1:Visitedel’AMPdeJoalFadiouth....................................................................14B. Jour2:Participationàl’atelier5deltas......................................................................15C. Jour3:VisitedeterrainsurlalanguedeBarbarie.....................................................15D. Jour4:Visitedesactionsmisesenœuvreparl’ONGNebeday.................................17E. Jour5:VisitedudeltadufleuveGambie...................................................................18F. Jour6:VisitededeltaduSaloumavecAPIL...............................................................19

    III/ATELIERD’ECHANGES5DELTAS&UNI4COOP.............................................................20A. Contexteetprésentationdesdifférentsréseauxcréés..............................................20B. Méthodologiedeconstructiondelaboîteàoutils.....................................................21C. Présentationdesoutilsdesmembresdu5Deltas......................................................24D. Présentationdesoutilsdesmembresduvoyaged’étudeEU-M................................25

    IV/LECONSAPPRISES&RECOMMANDATIONS................................................................30A. Bilanduvoyaged’étude&leçonsapprises................................................................30B. Recommandations......................................................................................................30

    V/PROCHAINESETAPES...................................................................................................31ANNEXES.........................................................................................................................32A/OutilsdesmembresUNI4COOPpartagésdurantl’atelier5deltas................................32B/Canevasutilisépourlacapitalisationdesoutilsducollectif5Deltas............................50C/Tableaudesynthèsedesoutilsducollectif5deltas......................................................53D/Présentationdesoutilsdesmembresducollectif5Deltas...........................................55

  • 3

    LEPROJETEU-M

    LeprojetExpertiseUniversitaire–Mangroves (EU-M),portéparleconsortiumdesONG universitaires belges francophones UNI4COOP (ADG, Louvain Coopération, ULB-Coopération et FUCID) et financé par l’AWAC, vise à favoriser l’émergence d’approchesinnovantes et l’amélioration des pratiques en matière de gestion locale des ressourcesnaturellesdans les territoiresdemangroves. Pourcela, leprojetstimuledeséchangessurlespratiques,expériencesetconnaissancesde lagestioncommunautairedesécosystèmesde mangrove, entre les Universités belges, les ONG universitaires d'UNI4COOP et leurspartenaires du sud (Universités et Instituts de recherche, ONG et associations de terrain,collectivités territoriales). Enmobilisant des acteurs de contextes différents (Madagascar,Sénégal,Gambie,Togo,Bénin,Ghana).Leprojetentendinscriretoutessesactionsdansunprocessus d’apprentissage, de documentation et de capitalisation, avec pour finalitél’appropriationdesbonnespratiquesparlesacteurslocaux,àtraversledéveloppement, ladiffusionetl’utilisationd’outilsdevulgarisationadaptés.

    Le projet EU-M vient s’adosser au projet DEMETER porté par le collectif 5 Deltas, quiregroupe des acteurs de terrain œuvrant pour la préservation et la valorisation desressourcesnaturellesdans les territoiresdemangrovesauSénégal,enGambie,enGuinéeBissauetenMauritanie.LeprojetDEMETERviseàcapitaliserl’expérienceducollectifdansuneboîteàoutilsdeGestionParticipativeEquitableetDurabledesterritoiresdemangroves,etàladiffuserdans5territoiresduSénégal.LeprojetEU-Mpermetdedéployerl’approchedu collectif 5 deltas en associant UNI4COOP et ses partenaires dans la capitalisationd'expérience engagée par le collectif, dans l'utilisation et la diffusion des outils sur leursterrainsd'intervention.

    Afindecontribueràlagestionetàlavalorisationdurabledesespacesdemangroveparetpourlespopulations,leprojetEU-Ms’articuleautourde2phases:

    Phase1:Capitalisationd’expériences- Renforcerleséchangesentreslespartenaires- Compileranalyseretenrichirlesconnaissances- Construireuneboîteàoutil,enprévoyantsonadaptationauxdifférentscontextes

    d’interventionPhase2:Diffusionetmiseenapplicationdelaboîteàoutils

    -Diffuserlaboîteàoutils-Informeretformerlespartenaireslocauxdesmembresd'UNI4COOP-Identifieretfaciliterdesapplications-pilotesvalorisantlesoutilscapitalisés

    Cevoyaged’études’inscritdanslapremièrephaseduprojet,ets’appuiesurlessynergiesavecletravaildecapitalisationducollectif5Deltas.

  • 4

    SynergiesentrelesprojetsDEMETER(5deltas)etEU-M(UNI4COOP)

    Afin de renforcer les échanges entre les acteurs de la préservation de la mangrove dedifférentspays ((Madagascar, Sénégal, Gambie, Togo, Bénin, Ghana),de capitaliseretdemutualiser des expériences de chacun, 3 visites d’échange sont organisées au Sénégal, àMadagascaretauTogo. Leprésentvoyaged’étudeconstitue lapremièrevisited’échangeduprojetEU-M.

    ProjetDEMETER:Diffusiond’expérienceinnovantedeges5onpar5cipa5ve–MangrovesetTerritoireCollec1f5deltas(Façadeatlan1que)

    Phase1:Capitaliserl’expériencedesmembresducollec5fs5deltasdansuneboîteàou1lsdeGes1onPar1cipa1veEquitableetDurable(GPED)desressourcesnaturellesde

    mangroves

    Phase2:Diffuserlaboîteàou5lsavecunaccompagnementdans10communesdu

    Sénégal

    Phase1:IntégrerUNI4COOPPetlespartenairesdanslacapitalisa1onet

    produc5ond'ou5lsconcretsExpériencesTogo,Bénin,Madagascar,

    Ghana

    Phase2:Diffusiondelaboîteàou1lsparUNI4COOPet

    sespartenaires

    ProjetEU-M:Exper5seUniversitairemangrove,UNI4COOP

  • 5

    SYNTHESEDUVOYAGED’ETUDE

    Des praticiens du Bénin, du Togo, du Ghana, de Madagascar, de Gambie et duSénégal,œuvrantpour lapréservationetlavalorisationdesressourcesnaturellesdanslesterritoires demangroves, se sont réunis enmars 2018 au Sénégal et en Gambie, afin departageretdemutualiserleursexpériences.Levoyaged’étude,organisédans lecadreduprojetExpertiseUniversitaire-Mangrove(EU-M)a rassemblédesmembresdesONGAgboZegue (Togo),Eco-Benin (Bénin),HenPoano(Ghana),WWF (Madagascar)etde l’institut IHSM (Madagascar),afinqu’ils rencontrentetapprennent des expériences des acteurs de terrains Gambien et Sénégalais. Ce voyaged’étudeaétéaniméetcoordonnéparKinomé.L’objectif du voyage d’étude était double: (1) Echanger sur les bonnes pratiques etexpériences entre acteurs de développement des mangroves de différents pays, et (2)EnrichirlaboiteàoutilsdeGestionEquitable,PérenneetDurable(GEPD)desterritoiresdeMangrovesinitiéeparlecollectif5Deltas.

    Ainsi,levoyaged’études’estorganiséendeuxtemps:1. Desvisitesde sites (5 jours)auSénégaletenGambieafindedécouvrir lesdifférentes

    pratiques mises en œuvre pour la préservation et la valorisation des territoires demangrove.Lesparticipantsontétéaccueillispardesmembresetpartenairesducollectif5 deltas (Le Partenariat, NEBEDAY, Kart, TARUD, APIL) et ont pu voir une diversitéd’expériences et d’initiatives: reboisement, gestion communautaire, écotourisme,vulgarisationdefoyersaméliorés,ostréicultureécologique…

    Cesvisitesdesitesontétél’occasiond’interactionsentreslesparticipantsetlespartenairesaccueillants,dontchacunaputirerdesleçons.Leséchangesontpermisdetirer les leçonsdes expériences présentées, d’identifier les bonnes pratiques ainsi que les obstacles, afinque les participants puissent répliquer et diffuser certaines initiatives dans leur territoired’intervention. A noter, une forte contribution des participants, qui ont partagé leurexpérienceetconseillélespartenairesd’accueil,envued’améliorerlesoutilsquileurétaientprésentésetdelesaideràsurmonterleursdifficultés.2. La participation à l’atelier du collectif 5 deltas à Saint-Louis (1 jour),organisédans le

    cadre du projet DEMETER. Les participants du voyage d’étude ont participé à unejournée de travail en salle sur la construction de la boîte à outils. Lesmembres du 5deltas ont ainsi présenté le travail initié sur la construction de la boîte à outils GPED.Chaqueparticipantduvoyaged’étudeetcertainsmembresducollectifontprésentéunoutil mis en œuvre dans leur territoire, créant échange et débat entre les différentsacteurs.

  • 6

    Cette journée commune de travail a permis de relier les différents réseaux (Collectif 5Deltas,CollectifdesDeltasduGolfeduBénin,UNI4COOP)etdecréerunmomentd’échangeetdepartaged’expérienceentre lesdifférentsacteurs.Cette journéeaégalementpermisauxparticipantsdecomprendrelesétapesdelaconstructiondelaboîteàoutilsàlaquelleilsontcommencéàcontribuerenremplissantlepremiercanevasdecapitalisationpourl’undeleursoutils.Enfin ce voyage a permis créer un lien entre les différents participants, qui facilitera lesfuturs échangesetpermettrade continuerde travailler ensemble sur la capitalisationdesoutils,leursdiffusions,leurmiseenapplication.

  • 7

    I/INTRODUCTION

    A.CompositiondeladélégationA.1.Compositiondeladélégationparticipante• GabrielHoinsoudéSEGNIAGBETO(AgboZégué,Togo)

    Zoologiste,Enseignant-Chercheur,MaîtredeConférencesàl’UniversitédeLoméetDirecteurExécutifdel’ONGAGBO-ZEGUE.E-mail:[email protected]

    • IsdeenOMOLERE(EcoBénin,Bénin)

    Aménagiste environnementaliste chez Eco Benin. Chargé de l’organisation descommunautés pour la planification et la réalisation d’activités de restauration desmangrovesdansleszoneshumidesE-mail:[email protected]

    • JusticeMENSAH(HenMpoano,Ghana)

    Expertdans l’utilisationdessystèmesd’informationgéographiqueetdestechniquesdetélédétectionpourlagestiondesressourcesnaturelles.E-mail:[email protected]

    • JacquelineRAZANOELISOA(IHSM,Madagascar)Océanographebiologist, Igénieurhalieute, et EnseignanteChercheureà l’UniversitédeToliara.E-mail:[email protected]

    • EliTODIMANANA(WWF,Madagascar)Assistant technique chargé des relations de partenariat et des renforcements descapacités,auseindeWWFMadagascar.

    E-mail:[email protected]

    • DominiqueBAUWENS(ULBCoopération,Sénégal)

    • BorisJAVEAU(ULBCoopération,BurkinaFaso)ReprésentantrégionaletcoordinateurProgramme,deULB-CoopérationauBurkinaFasoE-mail:[email protected]

  • 8

    PrésentationdesONGparticipantes:

    v AGBO-ZEGUEONG,Togo

    L’Association Togolaise pour la Conservation de la Nature» dénomméeAGBO-ZEGUE ONG est une organisation à but non lucratif créée le 18 juillet2001 à Lomé. Elle est reconnueofficiellementpar le récépissédedéclarationN°0791/MISD-SG-DAPSC-DSCdu1er août2003. L’organisationAGBO-ZEGUEapour mission d’apporter un appui scientifique et technique aux efforts de

    conservation des ressources naturelles, et notamment des aires protégées. Elle cherche àmettre à la disposition (i) des décideurs, les éléments de base nécessaires à la prise dedécisionsjudicieusesenmatièredegestiondesressourcesnaturelles(ii)descommunautéslocales,lesinformationsutilespourlaprotection,lavalorisationdeleurpatrimoinenaturelleen vue de l’amélioration de leur condition de vie. L’ONG AGBO-ZEGUE est une ONGnationale et travaille dans toutes les régions du Togo. Elle dispose actuellement d’unpersonnelexécutifde6salariés,2volontaireset15écogardes.Elleestmembredeplusieursréseauxinternationauxetrégionauxcommel’UICN.

    v ECO-BENIN,Bénin

    BeninEcotourismeConcern(Eco-Benin)estuneorganisationnongouvernementale béninoise créée en 1999. Elle travaille pour lapromotiondeprojetsd’écotourismeetdedéveloppementlocalàtravers le Bénin, pour un«développementhumain responsable,équitable et solidaire». Eco-Benin utilise l’écotourisme commepilier économique du développement des communautés locales,

    soitdansdesrégionsoùlesrevenustraditionnellementliésàlapêcheouàl’agriculturesontenbaisse, soitdansdes localitésdisposantd’unpatrimoinenaturel et culturelmenacédedisparitionoumalexploité.Eco-Benin intervientdansdes localitésduSudauNordduBéninetamisenplaceunpland’Action Carbone dont les objectifs sont la plantation de palétuviers dans le site Ramsar1017 et la promotion de foyers améliorés autour des parcs nationaux. D’autre part, lesactions menées pour l’essor de l’économie locale sont variées: construction d’écolodge,réhabilitation de fermes, aménagement d’écomusée, construction de camping,hébergementchezl’habitantettantd’autres.

    v HEN-MPOANO,Ghana

    Hen Mpoano est une organisation à but non lucratiflégalementenregistréeauGhanadepuis2013.Entre2009et

    2013,HenMpoanointervenaitentantqueCentredeRessourcesCôtières(CRC)duGhana,affilié au CRC de l’université de Rhode Island, USA. Pendant cette période, nous avonsconduitlamiseenoeuvredel’initiativeIntegratedCoastalandFisheriesGovernance(ICFG),financée par l’USAID, dans l’ouest du Ghana. Nous avons fourni un appui technique et

  • 9

    politique aux communautés côtières, aux groupes de la société civile, aux autorités, ausinstitutions gouvernementales et au secteur privé, pour assurer une gestion inclusive etintégrée des côtes et des écosystèmes marins. Notre objectif est de collaborer et deconstruiredepartenariatsavec les institutions localeset internationalesafindepermettreunegouvernancedurabledesécosystèmesmarinsetcôtiers,àtraversunrenforcementdecapacitésapproprié.

    v IH.SM,Madagascar

    L’IH.SMestuninstitutsupérieurdeformationetderechercheenmatièredePêcheetdel’Aquaculture,d’Environnementmarinetlittoral.Ilestchargédela formation des étudiants de niveau Licence, master et Doctorat. Il peutassurer également des formations professionnelles selon les besoins desentreprises. Mise à part son programme de recherche, l’IHSM effectueégalementdesconsultationsderechercheselon lesbesoinsdesutilisateurs.

    Les activités de formation et de recherche sont coordonnéespar une équipepermanentecomposéede4ProfesseursTitulaireset23Docteursnationauxetdesassistantstechniquesétrangers.Lesrecherchessontorientéesen4thématiques:Environnementmarinetlittoral,Gestion des ressources aquatiques, Aquaculture et Biotechnologie et Valorisation desressources.Lesrésultatsdesrecherchessontutilisésdansledéveloppementetlagestiondusecteurdelapêcheetdel’aquacultureàMadagascar.

    v WWF,Madagascar

    WWFestl'unedesorganisationsdeprotectiondelanaturelesplusconnuesau monde, présente dans plus de 80 pays. Son objectif est d’arrêter ladégradationdel’environnementdelaplanète,etdeconstruireunaveniroùles êtres humains vivent en harmonie avec la nature. AMadagascar,WWFtravailledepuisplusde50anspourprotégerlabiodiversitéexceptionnelledel’île,auxcôtésdesacteurslocaux,afindedévelopperensembledessolutionsdurablespourlanatureetpourl’homme.WWFMadagascaroeuvreàtravers4 domaines d’intervention: (1) Sécuriser les zones prioritaires deconservation, (2) Promouvoir des moyens de subsistance durables afin de

    renforcer la résiliencedes communautés, (3)Promouvoiruneproductiondurabledans lessecteurséconomiquesclés,(4)Promouvoirunemeilleursgouvernanceenvironnementale.

  • 10

    A.2.Compositiondeladélégationaccueillante

    • Kinomé(membreducomitédecoordinationduprojetEU-M)• ADG(membreduconsortiumUNI4COOP)

    L’ensembledesmembresducollectif5Deltasaaccueillilesparticipantsdurantl’atelier.En particulier les organisations suivantes, qui ont accueilli les participants sur leurs sitesd’interventionetpartagerleursinitiativessurleterrain:

    • LePartenariat(Sénégal)• Nebeday(Sénégal)• APIL(Sénégal)• TARUD(Gambie)• Kart(Gambie)

  • 11

    B.Lesobjectifsduvoyaged’étude

    L’objectifdecevoyaged’étudeétaitdepermettre l’échangesur lesbonnespratiquesetexpériences entre acteurs de développement des mangroves béninois, togolais,malgaches,sénégalais,ghanéensetgambiens.Demanièreplusspécifique,cepremiervoyaged’étudevisaità:

    Ø Fairedécouvrirsurleterraindesexpériencessénégalaisesetgambiennespourlapréservationetlavalorisationdesmangroves

    Ø Mettreenliendesacteursdedifférentscontextes,créerlespremierséchangesetdiscussions

    Ø CapitaliserlesoutilsdesparticipantsetenrichirlaboîteàoutilsdeGestionEquitable,ParticipativeetDurable(GPED)desterritoiresdeMangroves.

    Levoyaged’études’estorganiséendeux temps.Lesparticipantsontd’unepartvisitédesinitiativesdepréservationetdegestiondurabledesressourcesdemangrovesauSénégaletenGambie,afindevoirdirectementsurleterrainetd’échangeraveclesdifférentsacteurs.D’autrepartlesparticipantsduvoyaged’étudeontparticipéàl’atelierducollectif5Deltasafin departager leurs propresoutils, d’apprendrede ceuxdes autres, et de contribuer etd’enrichirlaboîteàoutilspourlaGPEDdesterritoiresdeMangrove.Lesattentesdesparticipantsvis-à-visduvoyaged’étude:

    Ø Découvrirlesinitiativesexistantespourlagestiondurabledesmangrovesdanslescontextessénégalaisetgambiens

    Ø Comprendreladémarchedecapitalisationetcommentellepermetdemettreenœuvreunegestiondurabledesmangroves

    Ø ApprendresurlaboîteàoutilsGPEDdesterritoiresdeMangrovesetycontribuerØ CapitaliserlesoutilsexistantsetlestransmettreauprèsdesacteursdeterrainØ LierlesapprochescommunautairesetscientifiquesØ Apprendredesapprochesdechacun,discuterdesproblèmesrencontrés,voircequi

    marche,pourpouvoirrépliquerlesbonnespratiquesØ Apportersonexpérience,etcontribueràl’améliorationdesoutilsdechacun

    Demanièregénérale lesparticipants souhaitentapprendredes initiativesde chacun,maisaussiapporter leurexpérienceafind’enrichiretd’améliorer lesoutilsprésentés,etutiliserlesleçonsapprisespourdiffuseretrépliquerlesbonnespratiquesdansleurproprecontexte.Lepartageetladiffusionsontdesattentesfortesduvoyaged’études.

  • 12

    C.Agendaduvoyaged’étude

    Lundi19mars2018:voyageetaccueildesparticipants15h2516h30

    Arrivéedesparticipantsàl’aéroportdeDakar(DSS)VoyageversJoaletaccueilparleprésidentdel’AireMarineProtégéedeJoal

    NuitàJoalMardi20mars2018:visitedeterraindansledeltaduSaloumMatin Visitedel’AMPdeJoal

    Après-midi TrajetdeJoalàSaintLouisSoirée Accueilsurlelieudel’atelier5Deltas,etprésentationdesparticipantsNuitàSaint-LouisMercredi21mars2018:journéedetravailsurlesoutils(atelier5Deltas)Matin Présentationdescanevasdecapitalisationd’outils

    Présentationdesoutilsdu5DeltasAprès-midi Présentationd’unoutilparparticipantsauvoyaged’étude

    EnrichissementdelaboiteàoutilsNuitàSaint-Louis(Campementdesécogardes)Jeudi22mars2018:visitesterrainettravailsurlesoutils(atelier5Deltas)Matin ProjectiondufilmréaliséparLePartenariat

    Visitedesactionsmisesenœuvreparl’ONGLePartenariatencollaborationaveclescollectivitésterritoriales:

    • PrésentationexpérienceduGIEdesécogardesàGandioletlesécogardesdeSaint-Louis;

    • VisitedequelquesactivitésetprojetsàGandiolAprès-midi TrajetversToubacoutaNuitàToubacoutaVendredi23mars2018:VisitesdudeltaduSaloumMatin Visitesdesactionsmisesenœuvreparl’ONGNebedayAprès-midiNuitàToubacoutaSamedi24mars2018:VisitesdudeltadufleuveGambieMatin TrajetverslaGambie

    VisitesdesactionsmisesenœuvreparlesONGFFHC,TARUD&ADWACAprès-midi TrajetversFoudiougneNuitàFoundiougneDimanche25mars2018:VisitesdudeltaduSaloumMatin VisitesdesactionsmisesenœuvredanslesîlesduFoundiougneavecl’ONG

    APILAprès-midi BilandesvisitesterrainetapportspourlaboiteàoutilsNuitàFoundiougneLundi26mars2018:TrajetDSSetretourMatin Trajetversl’aéroportdeDakar(DSS)15h2516h30

    Volretour

  • 13

    Cartedesdéplacementsduvoyaged’étudeEU-M

  • 14

    II/CONTENUDESVISITES

    A. Jour1:Visitedel’AMPdeJoalFadiouthDélégation accueillante: Karim SALL, président de l’AMP (partenaire de NEBEDAY) etpêcheurLieu:Joal,SénégalObjectifdelavisite:Découverted’uneAMPorganiséeengouvernancepartagéeentrel’Etatetlespopulations.Programmedelavisite:

    Ø Présentationdel’AMPparKarimSALLØ VisitedessitesdereboisementetprésentationduprocessusØ Rencontreavecl’équipechargéedusuiviécologiqueØ DéjeuneretpartageavecKarim

    RésumédelavisiteL’AMP de Joal Fadiouth, créée en 2004,couvre une superficie de 174 km2. Situéedans la région de Thiès, elle est distante deDakar de 114 km au Sud. L’AMP abrite unimportantréseaudemangroves(402hadont70% ont été reboisés ces 15 dernièresannées), et plusieurs espèces protégées(tortues, lamentins, oiseauxmigrateurs…) etconstitue la zone de reproduction pour lespoissons. L’AMP constitue un intérêtéconomique, environnementale et cultureltrèsfortpourlarégion. Lagestiondel’AMPestorganiséeengouvernancepartagéeentrel’Etatetlespopulations.Plusieursorganesdegouvernance regroupant les différentesparties prenantes assurent une gestioncollaborative.Activités mises en place: surveillance, suiviécologique, activités de reboisement,éducation environnementale, promotiond’activitésgénératricesderevenus.Lavisiteapermisauxparticipantsdecomprendre leprocessusdegouvernancepartagéetl’organisationdelagestionmisenœuvredansl’AMP,etégalementd’observersurleterrainlesactivitésdereboisement.

  • 15

    Leçonsapprises:

    Ø L’importancedel’organisationdescommunautésautourdureboisement.Ø L’importance de l’ancrage institutionnel -> Les ONG, institutions, organisations de

    recherchetravaillentdefaçonconnectée.Ø Un élément fédérateur, proche des communautés, comme Karim Sall est essentiel

    pourfairetravaillerlesgensensemble.Ø L’efficacitédelapatrouilledesurveillanceØ Lamobilisationàlafoisdelacommunautéetdel’administrationsénégalaiseØ Lesparticipantsontétémarquésparl’efficacitédel’organisationetdelagestionde

    l’AMP et désireux de capitaliser l’expérience sur l’organisation, le suivi, et lasurveillance.

    Recommandations:Ø Laisser plus d’espace entre les plantations, faire du reboisement un moyen de

    restaurerunécosystème,enpermettantauxpoissonsdes’yreproduire.Ø Essayerlereboisementd’Avicenniaparpépinièresenattendant6mois(aulieude4)

    avantdereplanter.

    B. Jour2:Participationàl’atelier5deltas(CfIII/ATELIERD’ECHANGES5DELTAS&UNI4COOP)

    C. Jour3:VisitedeterrainsurlalanguedeBarbarieDélégationaccueillante:LePartenariatLieu:Saint-Louis,SénégalObjectifdelavisite:Découvertedesactionsmisesenœuvreparl’ONGLePartenariatencollaborationaveclescollectivitésterritorialesProgrammedelavisite:

    - Accueil dans les bureaux duPartenariat

    - Projection du film réalisé par lePartenariat

    - Présentation expérience duGIE desécogardes à Gandiol et lesécogardesdeSaint-Louis

    - Visite d’une unité de biogaz sur lalanguedeBarbarie (valorisationdesdéchetshalieutiques)

    Figure1:Visited’uneunitédebiogaz

  • 16

    RésumédelavisiteApprocheduPartenariat:

    - Intégrerlapréservationdelamangrovedanslespolitiquespubliquespourgarantirsadurabilité

    - Travaille avec l’Agence Régionale de la Développement (ARD) qui accompagne lescollectivitésdanslamiseenœuvredesprojets->intervientpourpérenniserl’activitéauprèsdescommunautés,harmoniselesinterventionsetinitiativesdescollectivitéslocalesematièrededéveloppementlocal

    - Laprotectionde lamangrovepassepar l’implicationdesélus:miseenrelationdescommunautésaveclesservicesdeseauxetforêts,lagendarmerie,etc…

    - Travail de communication à faire pour que les programmes macro appuient lesinitiativeslocales

    ParcnationaldelalanguedeBarbarie:

    - Ecosystèmemaritimelagunaireetterrestre- 2000ha,148espèces- Lesgestionnairesduparcsontconscientsde l’importancedu reboisement,mènent

    desactivitésdesensibilisationetdereboisementaveclespopulations- Lacréationde labrècheen2003pour luttercontre les inondationsaeudeseffets

    néfastessurlesmangroves, lespopulationsetl’économie,etconstitueunemenaceaujourd’huipourleparc.

    - Besoins de reboisement de rhizophora mais aussi d’avicennia dans les zones detannes.

  • 17

    Figure3:Transformationdecharbondepaille

    Figure1:Zonesdemangrovespréservées

    Figure2:Campementécotouristique

    D. Jour4:Visitedesactionsmisesenœuvreparl’ONGNebedayDélégationaccueillante:JeanGOEPP,directeurdel’ONGNEBEDAYLieu:Toubacouta,SénégalObjectifdelavisite:Découvertedesactivitésdeprotection,degestionetdevalorisationdesressourcesnaturellesdelaRéservedeBiosphèredudeltaduSaloum(RBDS)Programmedelavisite:

    Ø PrésentationdeNebedayparJeanGoeppØ VisiteenpiroguedesmangrovesdelaRBDSØ Visite du campement écotouristique du

    comité de gestion communautaire duBamboung

    Ø VisitedelaforêtàgestioncommunautairedeDjilor et découverte des activitésd’exploitationdurabledebois

    Ø Rencontre avec des transformatrices decharbondepaille

    Ø Dîner et visionnage des films de Nebeday(outilcinéma-débat)

    RésumédelavisiteLavisiteapermisauxparticipantdedécouvrirunsiteoùlamangroveaétépréservéeetn’estpasencoretouchée.

  • 18

    E. Jour5:VisitedudeltadufleuveGambieetdesactionsmisesenœuvreparlesONGKartetTARUD

    Délégationaccueillante:ONGKartetTARUDLieu:Kartong,GambieObjectifdelavisite:Partaged’expérienceaveclespraticiensgambiensetdécouvertedesactivitésdevalorisationdesressourcesdemangrove(ostréicultureécologique)Programmedelavisite:

    Ø PrésentationdesacticitésdeKartetTARUDØ Visited’ungroupementdefemmesproductriced’huitres

    RésumédelavisiteLesONGTARUDetKarttravaillentensembledans larégiondeKombo,sur lagestiondelamangrovedu fleuveGambie, frontièreentre laGambieet laCasamance.Depuis 2015,unprojet accompagne les femmes des communautés sénégalaises et gambiennes bordant lefleuve,afindedévelopperdesstratégiescommunesd’utilisationdurabledesressourcesdela mangrove. Les participants ont ainsi rencontré un groupe de femmes, dans la cultureécologiqued’huîtres.

    Figure1:EchangesentrelesparticipantsetleGIEdesproductricesd’huîtres

  • 19

    F. Jour6:VisitedudeltaduSaloumavecAPILDélégationaccueillante:ONGAPILLieu:Foundiougne,SénégalObjectif de la visite : Découverte des activités de restauration et de valorisation desmangrovesdansledeltaduSaloum,enparticulierledéveloppementdeparcsàhuîtres.Programmedelavisite:

    Ø VisitedessitesdereboisementØ VisitedesparcostréicolesØ RencontreavecleGIEdedesfemmesBaoutetdécouvertedesoutilsdéveloppéspar

    APIL(bottes&gants,panierdeMoundé,etc)Ø Découvertedesfoyersaméliorésbanco

    Résumédelavisite

    Figure2:Visitedessitesdereboisement Figure2:Echangesentrelespartenairesd’accueiletlesparticipantssurlestechniquesdereboisement

    Figure3:Présentationdesparcsostréicoles Figure4:PrésentationdesdifférentsoutilsdéveloppésparAPIL

  • 20

    III/ATELIERD’ECHANGES5DELTAS&UNI4COOPLecollectif5Deltasaorganisédu20au22mars2018unatelieràGandiol,auSénégal,dansle cadre du projetDEMETER. Les participants du voyage d’étude EU-M, ont été conviés àparticiperà l’atelieretàcontribuerà laconstructionde laboîteàoutils. Lesmembresducollectif5deltaset lesparticipantsduvoyaged’étudeEU-Msesontretrouvé le21marsàGandiol pour mettre en commun leurs expériences de préservation et de gestion desmangroves.Lesobjectifsdecettejournéeétaient:

    Ø Mettre en lien les différents réseaux: le collectif 5 deltas et les partenaires duconsortiumUNI4COOP

    Ø PrésenteretaméliorerlaméthodologiedelaconstructiondelaboîteàoutilsØ Echangersurlesbonnespratiquesdesdifférentspraticiens

    Programmedel’atelier:Mercredi21mars2018:journéedetravailsurlesoutils9h Tourdetabled’accueildesacteursbéninois,ghanéen,etmalgaches

    Présentationducollectif5Deltas(dontprojetDemeter),ducollectif5DeltasGolfeduBénin(parAgboZegue),duvoyaged’études(projetEU-M)

    9h30

    Méthodologiedelaboiteàoutils5DeltasPrésentationd’unexempled’outils:LePartenariat

    10h30 Propositionsd’améliorationsdelaméthodologiedelaboîteàoutils11h15 Pause11h45 Présentationdesoutilsdesbéninois,ghanéen,etmalgaches(x3)13h Déjeuner15h Présentationdesoutilsdesmembresducollectif5deltas:APIL,COSPE16h Présentationdesoutilsdesbéninois,ghanéen,etmalgaches(x2)17h Pause17h30 Miseenactionsducollectif5deltas:ramassagedesdéchetssurlaplage

    A. ContexteetprésentationdesdifférentsréseauxcréésA.1.Lecollectif5Deltas

    • Initiéen2013avec l’enviedetravaillerensemble,decréerunespaced’échangeetd’harmoniserlespratiques

    • Une communauté de praticiens avec un intérêt commun (l’accompagnement despopulationsdanslagestionetlavalorisationdurablesdesespacesdemangroves)etavecunevolontéd’approfondirleursconnaissancesetleurexpertiseenéchangeantdemanièrerégulière.

    • 13organisationsavec50annéesd’expérienceencumulé.• L’expérienceducollectif5Δ

    o 2015–2016:Partaged’expérience,atelierdeconcertationo 2016-2017 : Développement de projets (MAVA, CERAM-AO, FED/UICN,

    FondationDOB/UICN,DEMETER)

  • 21

    o 2017:Accorddel’UEpourleProjetDEMETER(2017–2020)->créationd’uneboîteàoutil

    A.2.LecollectifdesdeltasduGolfeduBéninEn février 2018, les membres du 5Deltas Golfe du Bénin se sont réunis à Lomé pour lacréationde ce2ème groupe5Deltas, rassemblantdes acteursduTogo,Bénin,Ghana,Côted’IvoireetNigéria(dontlesONGAgboZegue,HenPoanoetEco-Bénin,participantauvoyaged’étude).ULB-Coopération,membre du consortiumUNI4COOPest égalementmembre ducollectifdesdeltasduGolfeduBénin.

    • Laprésenterencontreapermisdemettreenlienetderapprocherles2collectifs.A.2.LeprojetEU-MLeprojetEU-MportéparUNI4COOPcontribueàladynamiquedu5Deltasenappuyant:

    • les échanges avec des praticiens togolais, béninois, ghanéens et malgaches.Organisation de 3 voyages d’études (au Sénégal/Gambie en mars 2018, puis àMadagascaretauTogo/Bénin).

    • l’élaboration de la boite à outils pour la GPED des territoires de mangrove, enl’enrichissantavecdesexpériencesduTogo,duBénin,duGhanaetdeMadagascar.

    • Lacontributiondescientifiquesàlarevuedelaboiteàoutils5Deltas.

    • Certains membres du collectif (à définir) participeront aux prochaines visitesd’échangesàMadagascaretauTogo.

    B. MéthodologiedeconstructiondelaboîteàoutilsB.1.DéfinitionsOutil:Unoutil est une technique, une approche ou uneméthodologie qui contribue à lagestionet la valorisationdes espacesdemangrovesdemanièreparticipative équitable etdurable (GPED). Il s’agit donc d’un savoir-faire formalisé, sous la forme d’un modeopératoire,quicontribueàlaGPED.Boite à outils: La boite à outils 5Δ est un ensemble de supports techniques etméthodologiques, de documents utiles et de supports de communication décrivant ladémarche dans le but de faciliter l’appropriation des bonnes pratiques de GPED par lescommunautéslocales.B.2.ObjectifsdelaboîteàoutilsL’objectif principal de la boite à outils est de mettre à disposition de tous un ensembled’outils permettant d’accompagner les populations dans leurs activités de gestion et devalorisationdesressourcesdelamangrove.Elleviseégalementà:

  • 22

    • Fairel’inventairedesexpériencesetdusavoir-fairedesmembresduCollectif5Deltas• Mettreencommunetpartagernossavoir-faire• DiffuserlesbonnespratiquesdeGPEDauprèsdelasociétécivile

    Aquiest-elledestinée?-Organisationsdelasociétécivile(utilisateursprioritaires)-Lesopérateursdeterrain-Lesmembresducollectifs5deltas-ElargirensuiteauxautoritésetgouvernementsB.3.Lesétapesméthodologiques# Etapes Contenu Date1 Identifierlesoutilspertinents Réalisationd’unetournéede

    terrain;identificationdessavoir-fairepouvantêtreformaliséenoutils

    Décembre2017–Février2018

    2 Créerunetypologied’outils Typologieparthème;parutilisateur

    Février2018

    3 ProposeretValideruncanevastype«FicheOutil»

    Méthodologieetcanevas 7Mars(proposition);21mars(validation)

    4 Renseignerlesfichesoutilspourunéchantillond’outils

    Identificationde5outils;renseignementdesoutilsparlacheffedeprojetenlienaveclespartenaires.

    5au15Mars2018

    5 Partager2à3exemplesdefichesoutilsetrecueildesaméliorationsàapporter

    5minutesdeprésentationlorsdel’atelierdemars;échangesconstructifspouraméliorerlecontenudesfichesoutils

    21mars2018

    6 EnrichiraveclesoutilsdelaGambieetdespayspartenairesUNI4COOP

    Organiser1journéedetravailpourlesgambiensFairepartagerlespartenairesUNI4COOP

    Débutavril201821mars2018

    7 Renseignerlesfichesoutilspourlesautresoutils

    Chaquemembrecomplète1à2fichesoutils.

    Avriletmai2018

    8 Consoliderlesdifférentsoutilscompletsreçus

    Lacheffedeprojetcompilelesfichesoutilsreçuesetvérifiequ’ellessontcomplètes

    juin2018

    9 Mettreenformelesoutils Un(e)spécialisteenmarketing(donnerenviedeseplongerdanslaboiteàoutils)metenforme.

    Juillet/sept2018

  • 23

    B.4.Présentationducanevas«ficheoutil»Cette «fiche outil» permet de collecter, dans un format harmonisé, les informationsdécrivantunoutildegestionparticipativeéquitableetdurable(GPED).Elleeststructuréeen4parties,sousformedetableaux,détaillésenannexe.

    1) Identificationdel’expérience:Aprèsavoiridentifiéetsélectionnél’outilpertinent,ils’agit de dégager les spécificités et déterminer les éléments de base qui fontl’identitédel’outilàcapitaliser.

    2) Descriptionde l’expérience:Cetteétapeestunedescriptiondétailléedesactivitésmenées.Cettephaserevientdoncsurtouteslesactionsentrantdanslecadredelamiseenœuvredel’expérience,lesrésultatsatteints,maisaussileseffetsinattendus.Elleabordeégalementlesdifficultés,lescontraintesetlesobstaclesrencontrés.

    3) Analyse de l’expérience: il s’agit de proposer une analyse des impacts de

    l’expérience. Cette analyse est très utile pour la diffusion de l’outil car les futursutilisateurspourrontprendreencompteceretourd’expériencedèsledémarragedelamiseenœuvrel’outil.

    4) Formatdel’expérience:ils’agitdepréciserleformatleplusadaptéaupartageetà

    ladiffusiondecetteexpérience.

    Ce canevas permet d’avoir une base commune rassemblant l’ensemble des informations.Uneformevulgarisée,adaptéeàchaqueoutil,seraproposéepourladiffusion.

    • Lesparticipantsduvoyaged’étudeontdéjàremplipourunoudeuxoutilslepremiercanevas:identificationdel’expérience(cfAnnexe)

    B.5.CommentairessurlaméthodologieL’approche méthodologique a été validée par les membres du collectif. Quelquescommentaires:• Destinataires

    - Ajouterdanslestableauxdelistedesoutils,àquelsdestinatairesilss’adressent.- La première version de la boîte à outil est destinée aux OSC et opérateurs de

    terrain,ilseraitintéressantd’élargirauxautoritésetgouvernements.(Nepasêtretropexclusifdanslesutilisateursdelaboîteàoutils).

    • Nombred’outilsIl est prévu entre 10 et 12 outils pour diffuser la Boîte à outils. La boîte à outils estévolutiveetceseraenrichie,complétéeaucoursdutemps.

    • Format:Lecanevasserviradebasecommunepourl’analysedesoutils,maisilestnécessairedetrouveruneformediffusable:utilisationdefichestechniquepourchaqueoutilainsique

  • 24

    d’autresformatsadaptés.L’outilvidéoesttrèsparlant.Letravailsurleformatdesoutilsferapartieduprochainatelier5deltas(mai2018).

    • Contenu:Bienfaireapparaitrelesproblèmesetdifficultésrencontréesdanslestableaux,afinqueceuxquiveulentrépliquerl’outilpuissentanticiperleseffets.

    C. Présentationdesoutilsdesmembresdu5DeltasC.1.LePartenariat:Approcheterritorialedegestionde laMangrovepar lesCollectivitésLocalesCetoutilviseàunegestiondurable,intégréeetplanifiéedelamangrovedeSaint-Louisetdesa biodiversité par les partenaires locaux et notamment les collectivités locales enconcertationavec lespopulations. Il sebasesuruneapproche localeet ledéveloppementlocal participatif à travers lamise en place d’instances spécifiques(cadre de concertationDépartementale pour la sauvegarde la mangrove, comité technique de suivi, unité degestionduprogramme).(cfcanevasdétailléenannexe)C.2.Formationdegroupesressources,COSPE(Sénégal)COSPEaccompagnelaformationde«groupesressources»,essentiellementféminins.Cetoutilpermetd’accompagnerlesfemmesquisouhaitenttravailleretpeus’appliqueràtoutsujet,dontlapréservationetlavalorisationdesmangroves.• Les groupes ressourcesbénéficientde l’alphabétisation, et aidentbeaucoup sur leplan

    social• Demandedecréditsauprèsdesinstitutions• Microcréditsaccordésauxfemmesetgérésparlesfemmeselle-même,remboursésàun

    tauxtrèsfaible• PermetauxfemmesdedévelopperdesAGR(tellesquelaventedecrevettes)• Renforcel’engagementdesfemmes• Ilrestedesdifficultéspourlatenuedescomptes,carlessessionsdeformationsonttrop

    courtes

    C.3.Présentationdesoutilsdepréservationetdeconservationdesressourcesdemangrove,APIL(Sénégal)APILaprésentéplusieursdesesoutilsdepréservationetdeconservationdesressourcesdemangrove.1.Diffusiondesfoyersaméliorés:lefoyerBanco• L’utilisation des foyers permet de réduire la consommation énergétique en bois et

    améliorelecadredeviedesménages(lefoyerbancoréduitlaconsommationdeboisautiers)

    • APILamisenplacedescomitésdegestiondesfoyersaméliorésetformédesmembresdecescomitéssurlestechniquesdefabricationdesfoyersbanco

  • 25

    • Appuielafacilitationdel’acquisitiondesfoyersparlesménages

    2.Miseenplacedeparcsostréicoles3.Renforcementdesmesuresdesécuritéslorsdelacollectedecoquillage• Fabricationdeséquipementsappropriés(gantsetdebottes)pourallerenmeràpartirde

    vêtementrecyclés

    4.Utilisationd’unpaniersélectif:lepanierdemoundé• Le panier de Moundé permet de trier les coque afin de récupérer que celle qui sont

    exploitables• Mise en place d’aires d’ensemencement ou les petites coques sont laissées pour se

    développer

    5.Outilsdesensibilisation:lepagneimagé

    D. Présentationdesoutilsdesmembresduvoyaged’étudeEU-MChaqueparticipantduvoyaged’étudeaprésentél’undesesoutilsdurantl’atelier5deltas.

    D.1.OrganisationdelagestiondusystèmelagunaireauTogo(AgboZegue)Cfdétaildel’outilenannexe

    Présentationdel’outilL’outil a été développé dans le cadre du projet de création de la Réserve de BiosphèreTransfrontièredeMonoentreleBéninetleTogofinancéparlaCoopérationAllemande(GIZ)afin demettre en place un dispositif de gestion durable de ressources naturelles dans lesystèmelagunaireduTogo.Objectifsdel’outil:

    • Mettreenplaceunestructuredegouvernancelocaledesressources

  • 26

    • Élaboreretvalideravecl’ensembledespartiesprenantesdesrèglesd’utilisationdesressourcesnaturelles.

    • Assurerlesuiviécologiqueetlasurveillancedesressourcesdusystèmelagunaire.Leçonsapprises:

    • LesRNnepourrontêtrebiengéréesqueparlescommunautéslocaleselle-mêmes

    Discussion• Importantquelespopulationsparticipent,besoinégalementdelesencadrerpar

    lesadministrationsetlesscientifiques.• Intérêtdecombinerlaconnaissancelocaleetlaconnaissancescientifique• L’intériorisationparlescommunautéslocalesestfondamentale.

    D.2.Lasacralisationdesmangroves(Eco-Benin)Cfdétaildel’outilenannexe

    Présentationdel’outilLa sacralisation est une cérémonie rituelle, pratique consistant à conserver la ressourcehalieutique pour une pêche durable. Au sud du Bénin, lorsque la divinité «Zangbéto»appelée communément gardien de nuit sort en plein jour, cela revêt d’une importancecapitale. Cette divinité estmise au cœur des processus de conservation de la réserve deBiosphèreBoucheduRoy.Objectifdel’outil:

    • Lasacralisationestinitiéepourgarantiretcompléteràpartirdesvaleursendogènes,lesnormesetprescriptionsinscritesautitredelaconventiondegestiondel’ACCBBoucheduRoy.

    Approche:

    • Contributiondesvaleursendogènesrespectéesetdescraintesparlespopulationsàlagestiondesressourcesnaturelles

    • Lescultesetdivinitésseconcertentalorspourfaireintégrerdanslesnoyauxcentrauxà protéger une marque de la divinité. Ce qui symbolise que l’espace est sous lasurveillancedeladivinitézangbétoetquiconqueenfreintauxrèglesauraaffaireàladivinité zangbéto. S’agissant donc d’une divinité, contourner les règles reste doncdifficilemêmepourlesacteursquiontenchargelamiseenœuvredesconventionspréalablementétablies

    Discussion• Intéressant d’utiliser les traditions comme levier compréhensible pour les

    populations.Besoind’intégrerlescroyancesdansnosapproches.• Applicabledansd’autrescontextes(Casamance)

  • 27

    • Depuislamiseenœuvreduprojet(2014),iln’yapaseud’infractions.Lesvillageoissesurveillentetpersonnen’enfreintlesrèglesinstaurées.

    • Comparaisonavec ledeltaduSaloum: Lesmigrationsaffaiblissent les traditionsetlescroyances.Besoind’accompagnercedispositifavecdesmesuresdesanction.

    • ReboisementparpépinièresauBénin:pasde topographieavecunniveaude l’eaustable.Lesrhizophorasentourentlesterres,etlesavicenniasaumilieu.Silesplantesne sont pas résistantes, le courant l’emporte -> préparation des pépinières ettransplantationaprès4-6mois.

    D.3.SIGParticipatifpourlesuividesécosystèmesdemangroves,(HenPoano-Ghana)Cfdétaildel’outilenannexe

    Présentationdel’outilObjectifsdel’outil:

    • Utiliser le SIG participatif pour impliquer les communautés dans les actions deconservationdesécosystèmes

    Activités:

    • Cartographiedesconnaissanceslocales(Premièreétapesurcartepapier)• Formationpourl’utilisationdesGPS• CartographieGPSaveclescommunautés• Développement de la carte et validation. (Comparaison avec la carte papier et

    constatqu’ilsontmoinsderessourcesqu’ilspensaient)• Diffusion• Mise en œuvre des activités de conservation(plantations de mangroves,

    développementd’AGR,etc…)

    Discussion• Questions de réglementation? La réglementation dépend du pays, et souvent

    n’existepas.Beaucoupdecontraintespourobtenir lapermissionde fairevoler sesdrones(altitudelimitée,certificationdudrone,dupilote,informationdepopulations,etc.)

    • Coûtélevé:drone+logicieldetraitementdesdonnées+bonordinateur• Cetoutilabeaucoupinspirélesparticipantsdel’atelier

    D.4.Processusdetransfertdegestiondesforêtsdemangrovesauxcommunautéslocales(WWF–Madagascar)Cfdétaildel’outilenannexe

  • 28

    Présentationdel’outilDans le paysage de Manambolo Tsiribihina, à Madagascar, WWF met en œuvre destransferts de gestion des forêts de mangrove aux communautés locales, afin de palier àl’insuffisancedesressourcesétatiquesetainsiaméliorerlagestionetlarésiliencedesforêtsdemangroves.Objectifsdel’outil:

    • UnebonneGouvernanceenvironnementaleetunemeilleuregestiondesressourcesnaturellesassuréeparlescommunautéslocales.

    • Maintien du capital naturel dans le paysage pour contribuer au développementéconomiqueetlebien-êtresocialdescommunautéslocales.

    Approche

    • Implication/responsabilisationdescommunautéslocales• InclusiondetouslesPartiesprenantesetlesPartenairesclés• Approchebaséesurlesdroitshumainsetlapromotiondel’aspectGenre

    Discussion• Undesoutilsdegestionsur lequel travailleWWFest lavalorisationdesressources

    vial’écotourisme->intéressantpourl’initiative5deltas.

    D.5. Formation des Gestionnaires et Aires Protégées Marine et Côtières(IHSM,Madagascar)Cfdétaildel’outilenannexe

    Présentationdel’outilLorsdelaconférenceinternationaleàDurbansurlabiodiversitéen2003,Madagascars’estengagéeàtriplerlasurfacedesesairesprotégéesafindepouvoirconserversabiodiversité.La réalisation de cet engagement nécessite la disposition du personnel qualifié afin depouvoir les gérer, or il n’existe pas à Madagascar des institutions qui dispensent desformations spécialisées en gestiondes aires protégées. IHSMmet enplaceune formationprofessionnellesafinderépondreauxbesoinsdusecteurenformantdescadresspécialisésdirectementdansledomainedelagestiondesairesprotégéesmarinesetcôtières. Objectifsdel’outil:

    • Participeràlapolitiquedelagestionetdelaconservationdesressourcesnaturelles• Formationde37Managerset28TechnicienssupérieursenAiresProtégéesMarines

    etCôtièrespendanttroisansApproche

    • Réalisationconjointedel’action(MNPetIHSM)• FormationspécialiséeuniquementsurlesAP;priorisantlespartiespratiques• Stagepratiquede3mois(stagepré-professionnel)• Approcheparticipativedesapprenants(techniqued’enseignementactif)

  • 29

    Discussion• Pourl’instantcetteformationn’aeulieuqu’avecdesgestionnairesmalgaches,mais

    possibilitéd’envoyerdesgestionnairesd’ailleurspoursuivrecetteformation.

  • 30

    IV/LECONSAPPRISES&RECOMMANDATIONS

    A. Bilanduvoyaged’étude&leçonsapprisesCevoyaged’étudeapermisl’échangeetlepartaged’expériencesentredesacteursœuvrantpour la préservation de la mangrove dans des pays et contextes différents. Ainsi despraticiensbéninois,togolais,ghanéens,malgaches,sénégalaisetgambiens,ontpuéchangersur eux et sur leur pratique pendant 6 jours, dans un contexte informel. Ces partages etrencontresleurontpermisdeserendrecomptedesdifférentsenjeuxdanschaquepays.Il en résulte également un lien entre les différents participants, qui facilitera les futurséchangesetpermettradecontinuerde travaillerensemble sur la capitalisationdesoutils,leursdiffusions,leurmiseenapplication.De plus, ce voyage d’étude et la participation à l’atelier du collectif 5 deltas, a permis delancerladynamiqued’échangeentrelesdifférentscollectifs/réseaux.Lesparticipantsduvoyaged’étudeontd’ailleursexpriméleurvolontédepoursuivrelaphasedeconcrétisationdesoutilsaveclecollectif5deltas.Cesvisitesontpermisauxparticipantsdedécouvrirdenombreusesexpériencesdegestionetdevalorisationdesmangroves,faisantnaîtrequelquesidéesderéplicationchezlesunsetlesautres(développementd’activitésostréicolesauBénin,etc.)Lesparticipantsretiennentnotamment:

    • L’importanceduleadershipdesfemmesdanslesprojetsvisités• Lefacteurderéussitesmajeurestl’implicationdesgensdanslesinitiatives

    En outre, les participants ont appris des initiatives visitées, mais aussi apporté leurcontributionpouraméliorercelle-ci. Levoyaged’études’estdéroulédansunedynamiqued’échangeréciproque.

    B. RecommandationsLes participants ont proposé quelques recommandations en vue de l’organisation duprochainvoyaged’étudesàMadagascar:

    1. Pourchaquevisitede terrain,bienciblerunoutilenparticulier,montrerdesoutilsoriginauxetinnovants.

    2. Impliquer lesparticipantsdans l’élaborationdeprogrammedevisite.Leurproposerun agenda détaillé en amont du voyage afin qu’ils puissent faire leurs retours etpartagerleursdomainesd’intérêtprioritaires.

    3. Bienprendreencomptelestempsdedéplacement,etlimiterleslongstrajets.4. Il est important de maintenir une journée en salle, en modifiant le format des

    présentations, afin qu’elles soient plus courtes, et laissent plus de temps auxéchanges

    5. Prévoirdesvisitespluscourtesetconserverdutempsd’échangeetdepartagepourconstruirelaboiteàoutils

  • 31

    V/PROCHAINESETAPES

    Ce premier voyage a permis de créer le lien entre les participants et d’impulser ladynamique d’échange. Il sera poursuivi par deux autres voyages d’étude à Madagascar(septembre2018)etauTogo(janvier2019).

    En amont du prochain voyage d’étude à Madagascar, les participants poursuivront laformalisation de leurs outils en utilisant les canevas proposés par le collectif 5 deltas, etidentifierontleformatleplusadaptépourladiffusion.

    Deplus lesparticipantbéninois,togolais,etghanéens,prévoient l’organisationd’unatelieravec l’ensemble desmembres du collectif des deltas du Golfe du Bénin afin de partagerl’expérience acquise lors de ce voyage d’étude et de prendre leurs attentes etrecommandationspourlesecondvoyaged’étude.

    A. Voyaged’étudeMadagascar

    Objectifsduvoyaged’étudeàMadagascar:Ø DécouvertedesexpériencesmalgachessurleterrainØ Partagedelaboîteàoutils

    Les participants malgaches membres de IHSM et WWF, sont partants pour organiser lesprochains voyages d’étude en collaboration avec Louvain-Coopération, représentantd’UNI4COOPàMadagascar.Remarquespourl’élaborationduprogrammedelavisited’échange:

    Ø FairedécouvrirdesspécificitésducontexteàMadagascarØ Expériencesàpartager:actionsdeconservationsurlesrécifscoraliens,algues

    rougesChronogramme:Mai 2018: Identification des participants au voyage d’étude (sélection des membres ducollectif5deltasparticipantslorsduprojetatelier)DébutJuin2018:OrganiserunatelierdeconcertationentreLouvainCoopération,IHSMetWWFpourdéciderdessitesàproposerFinjuin2018:Proposerunprogrammedétailléauxparticipantsduvoyaged’étudeJuilletetaoût:organisationdelalogistiqueSeptembre2018:Voyaged’étude

    B. Voyaged’étudeauTogo&organisationd’uncolloquescientifiqueObjectifsduvoyaged’étudeauTogo:

    Ø DécouvertedesexpériencestogolaisesetbéninoisessurleterrainØ Organisationd’uncolloquescientifique(àconfirmeraprèslarencontreacadémique

    du19/04)

  • 32

    ANNEXES

    A/OutilsdesmembresUNI4COOPpartagésdurantl’atelier5deltasA.1.OrganisationdelagestionefficacedusystèmelagunairedusudTogo–AgboZegue

    Identificationdel’expérienceNomdel’expérience Organisationdelagestionefficacedusystèmelagunairedu

    sudTogoZone/lieuSystèmelagunaireduTogoquicomprends:lelacTogo,lelacZowla,lelacBokoetleChenaldeGbaga

    Datesetdurée

    Type

    Contexte L’outilaétédéveloppédanslecadreduprojetdecréationdela Réserve de Biosphère Transfrontière de Mono entre leBéninetleTogofinancéparlaCoopérationAllemande(GIZ).

    Problèmesàrésoudre - Baissedescapturesetdisparitiondecertainesespècesdepoissons,diminutiondrastiquedespopulationsdelamantins.

    - Disparitiondeszonesdefrayère(îlotsdemangrove,forêtsriveraines,etetc.);

    - Nonrespectdesrèglescoutumièresdepêche- Envasementdusystèmelagunaire(déchetsdes

    carrièresdephosphate,despratiquesd’acadja,déchetsdesménages)

    - Ouverturepermanentedel’embouchureàAného

    Objectifs MettreenplaceundispositifdegestiondurabledesressourcesnaturellesdanslesystèmelagunaireduTogo.

    1. MettreenplaceunestructurelégaleetlocaledegestiondesressourcesnaturellesdansetautourdulacTogo.

    2. Élaboreretvalideravecl’ensembledespartiesprenantesdesrèglesd’utilisationdesressourcesnaturelles.

    3. OrganiserlesuiviécologieetlasurveillancedesressourcesnaturellesdusystèmelagunaireduTogo.

    Stratégie/approche Implication/responsabilisation des communautés

  • 33

    locales:lesutilisateursdesressourcesnaturelles Inclusion de tous les Parties prenantes et les

    Partenairesclés:Administrationnationaleetlocale,lagendarmerie, lesmagistrats,chefferiestraditionnelles,lesecteurprivé,lesONGsetAssations,etc.

    Composantes* 1. Mise en place des comités villageois de gestion (35

    comitésvillageoisontétéinstallés)2. Elaboration des textes des associations préfectorales.

    Les statuts et règlements intérieurs ont élaborés etvalidésàtraversunesériederencontres.

    3. Mise en place des association préfectorales: 3associations préfectorales de gestion intégrée desressources du système lagunaire dénommée «Association Préfectorale de Conservation et dePromotionduSystèmeLagunaire»(APCP-SL)desLacs,VoetZioàtraversdesassembléesgénérales.

    4. Evaluationparticipativedel’étatdesressources5. Réunion de préparation du zonage: 3 réunions

    préfectorales avec lesmembres de l’association pourdiscuterlesbasesdudelaspatialisationdel’utilisationdel’espacedusystèmelagunaire.

    6. Atelier de zonage, Plan de zonage, principales règlesd’utilisationetd’accèsauxressources

    7. Elaborationetsignaturedelaconventionlocale:1. Analyse des règles en relation avec le

    cadre juridique du Togo et mise enformedesrèglesdéfinies

    2. Validation des règles en collaborationavec les tribunaux préfectoraux et lesforcesdesécurité

    8. Actualisationduplandegestiondusystèmelagunaire9. Surveillance et suivi écologique: La surveillance sur la

    base des règles et le suivi écologique pour évaluerl’impactdesactionssurlesressourcessontorganiséesparlespopulations

  • 34

    A.2.Sacralisationdesmangroves–Eco-Bénin

    Identificationdel’expérienceNomdel’expérience SacralisationdesmangrovesZone/lieu:Aire Communautairede Conservation de laBiodiversité de laBouche du Roy (ACCB–BoucheduRoy)Il se situe entre 6°15’et 6°23’ de latitudenord et 1°52’30’’ et1°59’delongitudeest

    DatesetduréeL’expérience a commencé en 2015 etestencoreopérationnellesurlessites

    TypeGestion

    Contexte AusudduBénin, lorsque ladivinité«Zangbéto»appeléecommunémentgardien de nuit sort en plein jour, cela revêt d’une importance capitale.Cette divinité est mise au cœur des processus de conservation de laréservedeBiosphèreBoucheduRoy.Lasacralisationdesnoyauxcentrauxd’une superficie de 392 hectares est une cérémonie rituelle, pratiqueconsistantàconserverlaressourcehalieutiquepourunepêchedurable.

    Problèmesàrésoudre Avant le démarrage de l’initiative, Plusieurs activités sont menées auniveau de la mangrove directement ou indirectement à l’altération dupotentiel productif de la mangrove. Au nombre de ces activités nouspouvonsciter:

    F l’exploitation des ressources ligneuses de la mangrove pour lebois-énergie

    Du fait de la raréfaction du bois énergie dans le milieu, la zone demangrove constitue encore l’une des sources d’approvisionnement enbois-énergiedans l’ensembledesvillagesenquêtés.Laressource ligneuseprélevée est, soit autoconsommée, soit commercialisée. En dehors desautres espèces ligneuses des formations ripicoles de berge du lac, leprélèvement des espèces ligneuses concernent notamment les espècescommeAvicenniagerminans etDrepanocarpus lunatus qui sont typiquesdes mangroves. Ces espèces sont aux dires des populations les seulesespèces de bois encore disponibles à l’état naturel et qui ne relèventd’aucunepropriétéprivée.

    F l’exploitationdelazonedemangroveauxfinsagricolesL’impactde l’activitéagricole sur l’évolutionde la zonedemangrove

    réside surtout en la destruction de la formation ripicole des berges decours d’eau. En effet, des observations directes faites sur le terrain, ilressortqueleschampssontengénéralinstallésàquelquesmètres(moinsde5mètresdanscertainscas)entraînant lamiseànuede labergeaveccommecorollaire ladégradationde labergeet lecomblementprogressifdulacsousl’effetdel’érosion.

  • 35

    F L’exploitationdelazonedemangroveauxfinsdepêchelapopulation localereconnaîtbien l’importancede lamangrovedans

    l’augmentationde laproductivitédesécosystèmesmaisellenepeuts’enempêcher de la détruire pour avoir adoptée des techniques de pêchesutilisantlamangrove(acadjas)ouavoirplusd’espacedepêche.Lors des concertations préalables pour l’identification des solutions pourune meilleure gestion des ressources de l’ACCB Bouche du Roy, lesnotables et chefs cultes impliqués ont mis l’accent sur la volontéd’impliquer les divinités. La divinité spécifique zangbéto garante de lasécurité des biens et personnes dans les villages est donc mise àcontributionpourgarantirlerespectdesrèglesérigées.

    Initiativesprécédentes

    Enpréludeauxsacralisationsdesairescentralesdelaréserve,ilaétéfaitune cartographie participative pour avoir idée très claires des zonessacralisées.Desconventionsdegestionsdeceszonesontétéélaboréesetsignées par les autorités communales (Grand-Popo et Comé) etl’association de gestion de la réserve. Des comités sont créés par zonepourfairelesuividesdispositionscontenuesdanslaconvention.

    Objectifs Lasacralisationest initiéepourgarantiretcompléteràpartirdesvaleursendogènes, lesnormesetprescriptions inscritesautitrede laconventiondegestiondel’ACCBBoucheduRoy.

    Acteurs principaux etrôles

    − ChefsCultesetChefscouventde ladivinitézangbéto:organisentlasortiedeladivinité

    − Populationdeszonesconcernées:participentetsontsensibilisées− L’association Doukpo: gestion et contact direct avec les

    communautés− EcoBENIN: facilite l’organisationde lasacralisationet fait lesuivi

    desengagementsprisStratégie/approche L’expérience est mise en œuvre à travers la contribution des valeurs

    endogènes respectées et craintes par les populations, à la gestion desressources naturelles notamment les zones de mangroves. Les cultes etdivinitésseconcertentalorspourfaireintégrerdanslesnoyauxcentrauxàprotégerunemarquedeladivinité.Cequisymbolisequel’espaceestsousla surveillance de la divinité zangbéto et quiconque enfreint aux règlesaura affaire à la divinité zangbéto. S’agissant donc d’une divinité,contournerlesrèglesrestedoncdifficilemêmepourlesacteursquiontenchargelamiseenœuvredesconventionspréalablementétablies.

    Composantes* − Unepremière étapede concertation avec les dignitaires et chefsducultezangbéto

    − Une consultation du fa pour connaitre le jour approprié pourl’organisationetlasortiedeladivinité

    − Lespréparatifscultuelspourlasortiedeladivinitézangbéto− Sortie de la divinité zangbéto et sensibilisation par la divinité à

    toutelacommunauté− Reconnaissance du site à surveiller par la divinité et les

  • 36

    communautés− Matérialisationphysiquepar ladivinitézangbétodu lieumissous

    défendd’activité− Suividelazoneparlesadeptesdeladivinité

    Lescoûts Lasacralisationcouteenviron200000FCFApourunsite.Lessupportsutilisés Ici, vous pouvez citer les supports utilisés pour faciliter lamise enœuvre

    (poster,affiche, film,etc.).Sipossiblemettre le lien internetou lecontactoùtrouvercesupport.http://www.ecobenin.org/La-sacralisation-des-mangroves-de-la-Bouche-du-Roi.htmlhttps://web.facebook.com/Ecotourismebenin/videos/2000681353281453/

  • 37

    A.3.Pland’aménagementetdegestionsimplifié–Eco-Bénin

    Identificationdel’expérienceNomdel’expérience Pland’aménagementetdegestionsimplifiéZone/lieu:Aire Communautaire deConservation de laBiodiversité de la Bouche duRoy(ACCB–BoucheduRoy)Ilsesitueentre6°15’et6°23’de latitude nord et 1°52’30’’et1°59’delongitudeest

    DatesetduréeElaboréeen2016pourlapériode2017-2021

    TypeGestion

    Contexte Ils’agiticidesituerl’expériencechoisiedansuncontexte.Le plan d’aménagement et de gestion simplifié de l’airecommunautairedeconservationdelabiodiversitédelaBoucheduRoyaétéélaborédanslecadreduprojetdeRéservedeBiosphèreTransfrontièreduMono.

    Problèmesàrésoudre Une des contraintes majeures au maintien de cette airecommunautaire de conservation de la biodiversité est la pressiond’occupationhumainepourdesfinsdeshabitationsdeschampsetautreaménagementengendrant ladisparition, la fragmentationetladégradationdel’habitatdenombreusesespèces.Les terres concédées par les communautés ont besoin d’êtresécuriséespourunactededonationquipourraitévitertoutconflitfonciersurlesterresmisesenconservation.Lechangementclimatiqueetl’érosioncôtièresontdeuxcontraintesnaturelles qui risquent à long terme d’endommager l’effort deconservationsiaucunedispositionn’estprisepourpallierauxeffetsnéfastesdecesphénomènes.Sur toutautreplan, l’airedeconservationde labiodiversitéde laBoucheduRoyestàcaractère insulaireetdifficilementaccessible.Ceci nécessitera un effort majeur en logistique pour appuyer leseffortsd’aménagement.Cette aire étant une réalité écologique s’étendant sur plusieurscommunes administratives, les difficultés de coordination desactionssurleplanadministratifpourraientnaître.Toutefoislecadreinstitutionnel de gestionmise en place permettra de pallier à cescontraintessielleestbienimplémentéesurleterrain.

    Initiativesprécédentes Enpréludeàl’élaborationdupland’aménagementdelaBoucheduRoy,ilaeuuneséried’activitésdont:

    − Lesséancesdesensibilisation− Lacartographieparticipative− L’élaboration et la validation de la convention locale de

  • 38

    gestionObjectifs L’objectifduPAGestlaconservationdesressourcesnaturellesetla

    biodiversité (notammentpoisson,mangroves, lamantin et tortues)en vuedepromouvoirunepêchedurable,un tourismedurableetl’éducationenvironnementale.Defaçonspécifiquelesprioritésàprendreencomptedanslamiseenœuvreduplandegestionsont:-assurerlaprotectionetlarestaurationdesécosystèmesnaturels;-développerdesactivitésexistantes,économiquementrentablesetcompatibles avec la conservation en direction de la populationlocale;- contribuerà l’autogestiondesstructures localesdegestionmiseenplace.

    Acteursprincipauxetrôles Plusieursacteursdontlesplusimportants:Lesmairies:-Planifielesactionsdegestionenrelationaveclaréserve-Mobiliselesfinancementsàtraverslesprogrammesetprojets-Veilleàlamobilisationdespopulationspourlagestiondel’ACCB-BoucheduRoy-Veilleaucontrôledubonfonctionnementetdesactionsexécutéesparl’Association-Arbitragedesconflitsissusdelagestion-LégifèrelesrèglesdegestionetdegouvernanceL’associationdegestionDOUKPO:-Elaborelesplansdetravailannuel-Elaborelecadrelogiqued’actions-Veilleàl’exécutiondesactivitésdéfiniesàtraverslesstructuresàlabase-Elaboreetinitiedesprojetspourlaconservationdelaforêt-Rendcomptepériodiquementauxmairiesdel’étatd’avancementdesactivitésprogramméesetdesdifficultéséventuelles-VeilleàlabonneexécutiondesrèglesdegestionscontenuesdanslesconventionslocalesdegestionLesONG-Appuiconseiletdegestion-Veilleenvironnementale-Appuitechniquesectoriel-Appuiàlapromotiondel’ACCB-BoucheduRoy-Educationetcommunicationenvironnementale

    Stratégie/approche Toutemesuredegestionetd’aménagementsous-entendlamiseenœuvred’unensembledeprojetsetdeprogrammesdéclinésendessériesd’actionouactivité.Ainsi,pourfaciliter lamiseenœuvredece plan de gestion et mieux opérationnaliser les actions, il a étéprocédé avec la participation des populations riveraines, audécoupagedeszonesenUnitésd’Aménagement(UA),auchoixetà

  • 39

    la priorisation des activités afférentes à chaque unité. L’unitéd’aménagement est ici considérée comme toute portion de terredélimitéeauseindesdifférenteszonesauxquellesonaattribuéuneaffectation spécifique (Enrichissement et reboisement,Sacralisation, Reboisement, Pêche durable, Agriculture deconservation, etc.). La définition des unités d’aménagement a étéréaliséeauniveaudel’airecentraleetdelazonetampon.Quantàla zone de transition, il n’est pas utile de définir des unitésd’aménagement puisque cette zone est déjà dans ce cas la zoned’habitation et d’activités traditionnelles des populations locales.DanslecasspécifiquedelaBoucheduRoy, ladéfinitiondessériesd’aménagementauseindesUAsurcarteseraittrèsdifficile.En outre, il a été procédé à une spatialisation des Unitésd’Aménagement (UA)dans lesdifférentes zonesde la réserveetàunedéfinitiondesactivitésenrelationaveclesdifférentesUA.

    Composantes* Plusieurs étapes ont concouru à l’élaboration du plan notammentdes concertationspréalablesavec lespopulations, ladéfinitiondesunités d’aménagement, la définition des activités à affecter àchaque unité d’aménagement ainsi que des acteurs responsables,les projections des coûts. Des ateliers de validations ont étéorganisés également au cours du processus.Les différentescomposantesduplansont:

    − Protection− Infrastructuresetéquipements− RechercheetSuivi− Educationetrenforcementdecapacité− Valorisationéconomique

    Lescoûts LecoûtopérationneldemiseenœuvreduPAGestd’environ500millionsdeFCFA,maislaconduiteduprocessusd’élaborationycomprislesconsultationsetateliersavoisine10millions.

    Lessupportsutilisés Ici,vouspouvezciterlessupportsutiliséspourfaciliterlamiseenœuvre(poster,affiche,film,etc.).Sipossiblemettrelelieninternetoulecontactoùtrouvercesupport.http://www.ecobenin.org/Plan-d-amenagement-et-de-gestion-simplifie-de-la-Bouche-du-Roy.html

  • 40

    A.4.ParticipatoryGIS–Hen-Mpoano

    ToolidentificationParticipatoryGIS Experienceinwhichthetoolhasbeenused.

    ToolwasusedtomapMangrove/wetlandsin24communitieswithintheGreaterAmanzulewetlandarea

    Location:24CommunitieswithintheGreaterAmanzuleWetland(GAW),Ghana

    DateanddurationSeptember2014-Date

    TypeParticipatoryGeographicInformationSystem(PGIS)

    Context Improvednaturalresourcesmanagementandincreasedcapacityforlowgreenhousegasemissionsdevelopment

    Issuestoberesolved Issuesthatthetool,orthesetofactivitiestriedtoresolve.Initialdiagnosis.Reasonsthatledtoimplementthetool.Issues

    1. LackofdataonthestatusofmangrovesinthewesternregionofGhana.

    2. Requirementforsecuringaconservationstatusforthemangroves/wetlands

    3. Exploitationofmangrove/wetlandecosystemsinrecenttimesduetoindustrializationandurbanization.

    4. Over50000hectaresofwetland(mangroves,peatandfreshwaterswamp)withoutanyformalprotection

    Initialdiagnosis1. StakeholdersandactorswithintheGAWadoptsa

    conservationscenario2. Acoastalsustainablelandscapeprojectseeksto

    secureaformalconservationstatustothisimportantecosystem

    Reasons1. Costofhighresolutionimageryfor

    mangrove/wetlandmapping2. Unavailabilityofrecentcloudfreeimagesofwetland

    areas3. Needformanagementactionswithinwetlands

    Pastinitiatives Mentionpastinitiativesthattriedtoresolvethenamedissues.TheIntegratedCoastalandFisheriesGovernanceprojectEnvironmentalProtectionAgency(EnvironmentalSensitivityAtlas)

    Objectives Whatdidtheexperiencetrytochange,realize,andimprove?Whatpurpose?

  • 41

    TouseparticipatoryGISasatoolforcommunityparticipationintheconservation,planningandmanagementofmangroveecosystemsassociatedwiththeGreaterAmanzuleWetlandlandscape.

    Mainstakeholdersandrole

    CommunityConservationCommittees• Providedinformationwithrespecttostatusof

    mangrove• Assistedwithmapping• Developedmanagementplansbasedonresultof

    mappingexerciseMangroveHarvesters

    • Assistedwithmapping• Helpedtoidentifydegradedareas• Assistedwithmangroverestorationeffort

    DistrictConservationCommitteesSuperviseCCCReportactivitiesintoMediumTermDevelopmentplanofthedistrict

    TraditionalAuthorities• Institutedrulesandsanctionsforprotectingmangroves

    andwetlands

    USAID-SustainableCoastalLandscapesProjectGhanaWildlifeDivisionoftheForestryCommision

    Strategy/approach Howthetoolhasbeenimplemented?The approach used can broadly be categorized underthreeareas

    Strengthening Governance within Greater AmanzuleWetlandarea

    WetlandManagement LivelihoodEnhancementandDiversification

    Components* Overallactivities

    • Localknowledgemapping• GPSTraining• GPSsurveyandgroundtruthing• Productionandprintingofmaps• Validationofmaps

    Costs EstimatedbudgetofimplementationcostsUS$1,500percommunity

    Mediaused Mediausedtofacilitatetheimplementation• Printedmaps• Signposts

  • 42

    A.5. Formation des Gestionnaires en Aires ProtégéesMarines et Côtières -IHSM

    Identificationdel’expérienceNomdel’expérience FormationdesGestionnairesenAiresProtégéesMarinesetCôtières

    Zone/lieu

    IHSM,UniversitédeToliara,Sud-OuestdeMadagascar

    DatesetduréeDate:2006à2008Durée:3ans(avecuneduréedeformation9mois/cycledeformation)

    TypeRenforcementdescapacités

    Contexte Ils’agiticidesituerl’expériencechoisiedansuncontexteLorsde la conférence internationaleàDurban sur labiodiversitéen2003, Madagascar s’est engagée à tripler la surface de ses airesprotégéesafindepouvoirconserversabiodiversité.Laréalisationdecet engagement nécessite non seulement la création et lamise enplacedenouvellesairesprotégées,maiségalementladispositiondupersonnelqualifiéafindepouvoirlesgérer.Par ailleurs, il n’existe pas à Madagascar des institutions quidispensent des formations spécialisées en gestion des airesprotégées. La plupart des cadres responsables des AP provient del’ESSAgro ou de la Faculté des Sciences et dont la majorité ducontenude la formationnecorrespondpasauprofildupostequ’ilsoccupent.Ilssontalorsobligésd’apprendresurletaslesactivitésquileur sont attribuées. Cette situation constitue un frein sur ledéroulementdeleursactivités.C’estdanscecontextequeleMNPadiscuté avec l’IHSM de la faisabilité de réalisation des actions deformation des futurs personnels qui vont travailler dans les airesprotégées.

    Problèmesàrésoudre Aprèsavoirdéfinilecontextegénéral,ilestprimordiald’identifierclairementle«problème»oules«problèmes»quel’expérienceoul’ensembledesactivitésacherchéàrésoudre:Pourquoil’expériencea-t-elleétéinitiéedanscettezone?Enfait,ils’agitd’explorerlesraisonsquiontconduitesàl’initiative.C’estlediagnosticdedépart

    - ManquedecadrescompétentscapablesdegérerdemanièreefficacelesfuturesAP

    - Absencedeformationspécialiséedanslagestiondesairesprotégées

    Initiativesprécédentes Cettesectionconsisteàmentionnertouteslesactivitésantérieures

  • 43

    (s’ilyenaeu)quiontessayéderésoudrelesproblèmesnommés.Ellescomprennentcequiaétéfaitantérieurementsurlesitechoisi.

    - Formation dispensée antérieurementdominée par les sciencesfondamentales (pour la formation académique), ou selon lesbesoins fondamentaux à cette époque (hygiène et qualité desproduitshalieutiques,aquaculture)

    - Programmesdominésparlaformationthéorique- Leprofildesformésnerépondpasauxattentesdesgestionnaires

    desAPM

    Objectifs Qu’est-cequel’expérienceavouluréaliser,changer,améliorer?- Mettreenplaceuneformationprofessionnalisanteafinde

    répondreauxbesoinsdusecteurenformantdescadresspécialisésdirectementdansledomainedelagestiondesairesprotégéesmarinesetcôtières

    Quelsétaientlesobjectifsvisés,lafinalitédesactivitésmenées?- Participeràlapolitiquedelagestionetdelaconservationdes

    ressourcesnaturelles- Formationde37Managerset28TechnicienssupérieursenAires

    ProtégéesMarinesetCôtièrespendanttroisans(2006à2008)

    Acteursprincipauxetrôles Cette section se veut une description du rôle de tous les acteurs(actuels ou anciens) institutionnels ou personnes concernés parl’expérience

    - FondationMacArthur(Bailleurdefond)- MadagascarNationalParks (initiateuret coordinateurduprojetet

    demandeurdefinancement)- IH.SM(Responsabledelaréalisationdelaformation)- Ministèrede l’EnvironnementetForêtet lesservicesdécentralisés

    (appuiinstitutionneletembauche)- APM(structured’accueildurantlestage;structuretechniquepour

    l’embauchedesformés)

    Stratégied’approche Cettesectionserapporteàl’approche,àl’orientationoulastratégiespécifiquesuivieparl’expérience.Commentl’expériencea-t-elleétémiseenœuvre?Collaboration et partenariat entre Public-Privé(MNP/IHSM/APM/Bailleurs)La réalisation de formation a fait la participation active des deuxentitésMNP/IHSMdanstouteslesactionsdeformation:

    - montagededossier,- miseenplaceetréalisationdelaformation(interventiondel’IHSM

    pour lesmatièresscientifiquesetdesprofessionnelsduMNPpourlespartiestechniquesetpratiques;

    - formation beaucoup plus orientée vers la pratique (2/3) que la

  • 44

    théorie(1/3)

    Composantes Danscettedernièresection,nousessayonsdemontrercommentlesactivités de l’expérience ont été organisées. Autrement dit, ellemontre comment l’ensemble d’activités constituant l’expériencesontorganiséesetmisesenœuvre

    - Montagedeprojetetdemandedefinancement- Miseenplacedecomitétechnique- Validationduprogrammepédagogique- IdentificationdesFormateurs- Achatdesmatérielsetéquipementsdeformation- Sélectiondesapprenants- Réalisationdelaformation(ET,ED,EPetstageauseindesAP)- Examensfinauxetsoutenanceetdistributiond’uncertificat- Evaluationetorientationdelaformation

    Lescoûts Ils’agitdefournirunbudgetestimatifdescoûtsmisenœuvredel’expérience

    - 325000US$en3ans(1$=20000AR)Lessupportsutilisés Vouspouvezciterlessupportsutiliséspourfaciliterlamiseenœuvre

    (poster,affiche,film,etc…).Sipossible,mettrelelieninternetoulecontactoùtrouvercesupport

    - Infrastructuresetéquipements(bateau,matérielsdeplongéepourlesuividesrécifs),différentsmatérielsdemesure,photocopieuse,film,etc…Résultats:37Managersformés(aulieude45prévusdansledocumentprojet)et28technicienssupérieursenAPMCquitravaillentauseinduMinistèredel’environnementetForêt,auniveaudesAP(terrestresoumarines),avecdesONGœuvrantdansledomainedeconservation

    [email protected];[email protected]@yahoo.fr;

  • 45

    A.6.Transfertdegestiondesforêtsdesmangrovesauxcommunautéslocales-WWF

    Identificationdel’expérienceNomdel’expérience Transfertdegestiondesforetsdesmangrovesauxcommunautés

    locales.

    Zone/lieuWWFPaysageManamboloTsiribihina,RégionsMenabeetMelaky,Madagascar

    DatesetduréeDepuis2007jusqu’àcejour

    TypeGestioncommunautairedurabledesforêtsmangroves

    Contexte Ils’agiticidesituerl’expériencechoisiedansuncontexte.LepaysagedeManamboloTsiribihinapossèdelesplusgrandesetlesplusintactesétenduesdemangrovesdansl’ouestdeMadagascar.Cesmangrovesfournissentdesservicesécologiquesessentielspourlarégionetjouentunrôleparticulièrementimportantdanslarégulationduclimat,carellescapturentlecarboneplusefficacementcomparéàlaplupartdesautrestypesdeforêts.Lesmangrovesfournissentduboisdeconstructionetdechauffepourlespopulationslocalesetconstituentunezonetampon,protégeantleszonescôtièrescontrelestempêtesetl’élévationduniveaudelamercausésparlechangementclimatique.Ellesserventdezonedereproductionpourlescrabes,lespoissonsetlescrevettes,quiconstituentlesprincipalessourcesdenourritureetrevenuspourlespopulationslocales.Pourtantlepaysageestsoumisàdespressionsquiaccélèrentsadégradationetlapertedesesrichessesnaturelles.Lestockdeproduitshalieutiquesdiminueàcausedelasurpêcheetdespratiquesdepêchedestructives.Laconversiondesforêtsenterrainagricolerongelesforêtsetérodelesol.Lacoupeincontrôléepourlaproductiondecharbondeboisetboisdechauffemenaceleshabitatsdelafauneetdelafloreetlesstocksderessourcesforestièresnécessairespourl’avenirdelapopulation.Lechangementclimatiquebouleverselessaisonsagricolesetlesactivitésdepêcheetaccélèreladégradationderécifsetl’ensablementdescôtes.D’oùl’actiond’améliorationdegestionetdelarésiliencedesétenduesdesforetsdemangrovesàtraversletransfertdegestionauxcommunautéslocalesaveclesMinistèresconcernés(MEEFetMRHP)

    Problèmesàrésoudre Aprèsavoirdéfinilecontextegénéral,ilestprimordiald’identifierclairementle«problème»oules«problèmes»quel’expérience,oul’ensembledesactivités,acherchéàrésoudre:Pourquoil’expériencea-t-elleétéinitiéedanscettezone?Enfait,ils’agitd’explorerlesraisonsquiontconduitesàl’initiative.C’estle

  • 46

    diagnosticdedépart- Insuffisancedesressourcesdesadministrationsétatiques- Lespressionsanthropiques

    Initiativesprécédentes Cettesectionconsisteàmentionnertouteslesactivitésantérieures(s’ilyenaeu)quiontessayéderésoudrelesproblèmesnommés.Ellescomprennentcequiaétéfaitantérieurementsurlesitechoisi.

    - Gestionassuréeparl’Etat(avantl’année1996)Objectifs Qu’est-cequel’expérienceavouluréaliser,changer,améliorer?

    LabonneGouvernanceenvironnementaleetunemeilleuregestionassuréeparlescommunautéslocalesquisontàproximitédesressourcesnaturellesQuelsétaientlesobjectifsvisés,lafinalitédesactivitésmenées?Maintienducapitalnatureldanslepaysagepourcontribueraudéveloppementéconomiqueetlebien-êtresocialdescommunautéslocales.

    Acteursprincipauxetrôles Cettesectionseveutunedescriptiondurôledetouslesacteurs(actuelsouanciens)institutionnelsoupersonnesconcernésparl’expérience.

    - Lesservicestechniquesdécentralisés:DREEFetDRRHP- LesCollectivitésTerritorialesDéconcentrées- LesCommunautéslocales- LesONGsd’appuis

    Stratégie/approche Cettesectionserapporteàl’approche,àl’orientationoulastratégie-spécifiquesuivieparl’expérience.Commentl’expériencea-t-elleétémiseenœuvre?Baséesurlademandedescommunautéslocales,quisontconscientesetvolontairespourlagestiondurabledesressourcesnaturelles.LeWWFinterviententantquefacilitateuretenappuitechniqueetfinancier.

    Composantes* Dans cette dernière section, nous essayons demontrer commentlesactivitésdel’expérienceontétéorganisées.Autrementdit,ellemontre comment l’ensemble d’activités constituant l’expériencesontorganiséesetmisesenœuvre.

    LeWWFetsesPartenaires(ONGs,associationetSTD)s’occupentdelamise enplace et accompagnementdes structures locales (appuitechnique et financier) jusqu’à la ritualisation des transferts degestion.Après lestransferts, lagestioncourantedesressourcesesttoujours appuyée, des renforcements des capacités sont dispensésafin que les communautés locales puissent assurer leurs rôlescorrectement.Cestransfertssontévaluéstous lestroisanset ilyadesextensionsde3à10ansdegestion,enfonctiondelamaturitédesstructureslocales.

    LesgrandeslignesduProcessus:

    1- Phasepréparatoire:réuniondeplanificationavecles

  • 47

    Partenairestechniques,consultationauprèsdesautoritéslocales(Région/District/Commune…)

    2- Structurationetformalisationdel'association3- étudesocio-économique4- Elaborationdupland'aménagementetdegestionsimplifie5- Ritualisation

    Lescoûts Ils’agiticidefournirunbudgetestimatifdescoûtsdemiseenœuvredel’expérienceApproximativement29millionsd’ariarypourchaquetransfert

    Lessupportsutilisés Ici,vouspouvezciterlessupportsutiliséspourfaciliterlamiseenœuvre(poster,affiche,film,etc.).Sipossiblemettrelelieninternetoulecontactoùtrouvercesupport.Plutôtl’outilmontrantleprocessusdetransfertdegestionenannexe

  • 48

    A.7.SuiviEcologiqueParticipatif-WWF

    Identificationdel’expérienceNomdel’expérience SuiviEcologiqueParticipative

    (patrouilleetsurveillanceparLEMSMART)

    Zone/lieuWWFPaysageManamboloTsiribihina,RégionsMenabeetMelaky,Madagascar

    DatesetduréeDepuisfin2016jusqu’àcejour

    TypeGestioncommunautairedurabledesforêtsmangroves

    Contexte Ils’agiticidesituerl’expériencechoisiedansuncontexte.PourlagestiondesforetsdesmangrovesassuréeparlescommunautéslocalesetappuyéeparWWFetsesPartenaires,unsystèmedepatrouilleetdesurveillanceestmisenplaceetuncomitéeststructuréetformépourassurersonfonctionnement.Pourappuyerlesmembresducomitédansleursexercices,unoutilaétédéveloppéetexpérimenté

    Problèmesàrésoudre Aprèsavoirdéfinilecontextegénéral,ilestprimordiald’identifierclairementle«problème»oules«problèmes»quel’expérience,oul’ensembledesactivités,acherchéàrésoudre:Pourquoil’expériencea-t-elleétéinitiéedanscettezone?Enfait,ils’agitd’explorerlesraisonsquiontconduitesàl’initiative.C’estlediagnosticdedépart

    - Lespressionsanthropiques:défrichement,braconnage,utilisationdesenginsdepêchedestructives

    Initiativesprécédentes Cettesectionconsisteàmentionnertouteslesactivitésantérieures(s’ilyenaeu)quiontessayéderésoudrelesproblèmesnommés.Ellescomprennentcequiaétéfaitantérieurementsurlesitechoisi.SimplepatrouilleetsurveillancesansutilisationdeGPSnidel’outilpermettantdereleverlesdonnéesetconstats

    Objectifs

    Qu’est-cequel’expérienceavouluréaliser,changer,améliorer?- Améliorationdestechniquesdepatrouillesetde

    surveillanceparlameilleureconnaissancedeszonesàtraverslesprécisionsfournisparl’utilisationdesGPS.

    - Alimentationdelabasededonnéesdupaysage.- Répressionoupoursuite

    Quelsétaientlesobjectifsvisés,lafinalitédesactivitésmenées?

    - Applicationdeslois- Bonnegestiondesforêtsmangroves,- Maintienducapitalnaturelpourlebienêtredela

    populationlocale

  • 49

    Acteursprincipauxetrôles Cettesectionseveutunedescriptiondurôledetouslesacteurs

    (actuelsouanciens)institutionnelsoupersonnesconcernésparl’expérience.

    - LescomitésdesurveillanceetdePatrouille- Lesvice-présidentsdesstructureslocalesresponsables

    delagestiondesforets- Lesprésidentsdesstructures- LesONGsd’appuisetlesservicestechniques

    Stratégie/approche Cettesectionserapporteàl’approche,àl’orientationoulastratégie-spécifiquesuivieparl’expérience.Commentl’expériencea-t-elleétémiseenœuvre?ImplicationdeslocauxRenforcementdescapacitésAutresappuistechniqueetfinancierCollaborationavectouteslespartiesprenantes(Servicestechniques,lesautoritéslocales,leProcureur,lessociétésciviles)

    Composantes* Dans cette dernière section, nous essayons demontrer commentlesactivitésdel’expérienceontétéorganisées.Autrementdit,ellemontre comment l’ensemble d’activités constituant l’expériencesontorganiséesetmisesenœuvre.

    - Formation desmembres des comités de surveillance et dePatrouillesurlesystèmeselonl’outilLEMSMART

    - Expérimentation/opérationnalisation du système:patrouilles et collectes des données mensuelles, transfertdes données du GPS, traitement, analyse des données,reporting

    Lescoûts Ils’agiticidefournirunbudgetestimatifdescoûtsdemiseenœuvredel’expérienceAconfirmer

    Lessupportsutilisés Ici,vouspouvezciterlessupportsutiliséspourfaciliterlamiseenœuvre(poster,affiche,film,etc.).Sipossiblemettrelelieninternetoulecontactoùtrouvercesupport.Fichedepatrouilleenannexe

  • 50

    B/Canevasutilisépourlacapitalisationdesoutilsducollectif5Deltas

    Préambule: Cette «fiche outil» permet de collecter, dans un format harmonisé, lesinformationsdécrivantunoutildegestionparticipativeéquitableetdurable (GPED).Elleaétéenvoyéeàchacundesmembresducollectif5Deltas.Danscecanevas,nousavonsquatrepartiesàremplir:(1)l’identificationdel’expérience,(2)ladescription,(3)l’analysedel’expérience,etenfin(4)sonformat.

    1) Identificationdel’expérience

    Aprèsavoiridentifiéetsélectionnél’outilpertinent,l’organisationmembredu5Δdégagerases spécificités. Il s’agit en fait de déterminer les éléments de base qui font l’identité del’outilàcapitaliser.Elleportesurl’ensembledesrenseignementsinitiauxqu’onattendd’uneexpérience.L’expérienceestdéfiniecommel’applicationoulamiseenpratiquedel’outil.Tableau1d’identificationdel’expérienceNomdel’expérience Ils’agitdunomdel’expérienceàcapitaliser.Zone/lieu

    Celarenvoieàlalocalisationdel’expérience,àsasituationgéographique.Ilestégalementutiledenoterlescaractéristiquesdecetteespacequiontunimpactsurl’expérience.

    Datesetdurée Ils’agitderépondreauxquestions:quandest-cequel’expérienceacommencé?Combiendetempsa-t-elledurée?

    Type(voirtypologie) Définirlatypologiedel’expérienceContexte Ils’agiticidesituerl’expériencechoisiedansuncontexte.Problèmesàrésoudre Aprèsavoirdéfinilecontextegénéral,ilestprimordial

    d’identifierclairementle«problème»oules«problèmes»quel’expérience,oul’ensembledesactivités,acherchéàrésoudre:Pourquoil’expériencea-t-elleétéinitiéedanscettezone?Enfait,ils’agitd’explorerlesraisonsquiontconduitesàl’initiative.C’estlediagnosticdedépart

    Initiativesprécédentes Cettesectionconsisteàmentionnertouteslesactivitésantérieures(s’ilyenaeu)quiontessayéderésoudrelesproblèmesnommés.Ellescomprennentcequiaétéfaitantérieurementsurlesitechoisi.

    Objectifs Qu’est-cequel’expérienceavouluréaliser,changer,améliorer?Quelsétaientlesobjectifsvisés,lafinalitédesactivitésmenées?

    Acteursprincipauxetrôles Cettesectionseveutunedescriptiondurôledetouslesacteurs(actuelsouanciens)institutionnelsoupersonnesconcernésparl’expérience.

    Stratégie/approche Cettesectionserapporteàl’approche,àl’orientationoulastratégie-spécifiquesuivieparl’expérience.Commentl’expériencea-t-elleétémiseenœuvre?

    Composantes* Dans cette dernière section, nous essayons de montrercomment les activités de l’expérience ont été organisées.

  • 51

    2) Descriptiondel’expérience

    Cetteétapeestunapprofondissementdutravaildecaractérisationdel’expérienceparunedescriptiondétailléedesactivitésmenées.Cettephase revientdonc sur toutes lesactionsentrantdanslecadredelamiseenœuvredel’expérience,lesrésultatsatteints,maisaussiles effets inattendus. Elle abordeégalement lesdifficultés, les contraintes et lesobstaclesrencontrés.

    Tableau2deDescriptiondel’expérienceComposantes/Etapes

    Activités Procédéstechniques/organisationnels

    Résultats/Réalisations

    Difficultésrencontrées

    Effetsimprévus(positifsounégatifs)

    3) L’analysedel’expérience

    Danscette3èmepartie, ils’agitdeproposeruneanalysedes impactsde l’expérience.Cetteanalyseesttrèsutilepour ladiffusiondel’outilcar lesfutursutilisateurspourrontprendreencompteceretourd’expériencedèsledémarragedelamiseenœuvrel’outil.Sivousavezdesdifficultéspourrenseignercettepartie,n’hésitezpasàdemanderàAmieSow.Dansunpremiertemps,ils’agitdedéfinircertainscritèresquiserapportentauxobjectifsetaux stratégies contenus dans le tableau 1 d’identification de l’expérience. Par exemplecertainscritèrespourrontêtre:

    • degrédeparticipationdelapopulationlocale,• durabilitédesactivités• conditionsderéplicabilité,• niveaudeparticipationdesfemmesdanstouteslesactivités.

    Pour chaque critère, il faut identifier un certain nombre d’indicateurs. Chacun est utilisépour renseigner sur l’expérience et les résultats atteints en utilisant un tableau indicatifcommeceluiprésentéci-dessous.Exempledegrilled’analyseCritère1:Grilled’analyseducritèren°1:

    Autrement dit, elle montre comment l’ensemble d’activitésconstituantl’expériencesontorganiséesetmisesenœuvre.NB:cettecaseestdétailléedansla2èmepartieducanevas.

    Lescoûts Ils’agiticidefournirunbudgetestimatifdescoûtsdemiseenœuvredel’expérience

    Lessupportsutilisés Ici,vouspouvezciterlessupportsutiliséspourfaciliterlamiseenœuvre(poster,affiche,film,etc.).Sipossiblemettrelelieninternetoulecontactoùtrouvercesupport.

  • 52

    Indicateurs Aspectspositifs Aspectsnégatifs Aspectsnonmaîtrisés

    Critère2:Indicateurs Aspectspositifs Aspectsnégatifs Aspectsnon

    ma�