Master Administration d¢â‚¬â„¢ changements...

download Master Administration d¢â‚¬â„¢ changements improvis£©s de l¢â‚¬â„¢environnement. Diff£©rents mod£¨les d¢â‚¬â„¢organisations

of 41

  • date post

    03-Jun-2020
  • Category

    Documents

  • view

    1
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Master Administration d¢â‚¬â„¢ changements...

  • 1

    Master Administration d’Entreprise

    Ω INSTITUT SUPERIEUR

    DU MANAGEMENT

    |áÅ MAE

    Environnement économique

    de l’entreprise

    Intervenant

    MORO Daouda

    Abidjan , Cocody,Bvd F. Mitterand, Riviera Bonoumin, Immeuble La Paix 22 BP 876 Abidjan 22 Tél 20 01 05 75 Fax : 22 47 07 04

    E-mail :ismconseil.ci@gmail.com Web: http:sites.google.com/site/ismcons

  • 2

    SOMMAIRE

    CHAPITRES PRELIMINAIRES P.4 Chapitre 1 : L’APPROCHE THEORIQUE DE L’ENTREPRISE P.4

    1- La théorie classique des organisations 2- Le courant néo-classique des organisations 3- Le courant des relations humaines ou théories de s ressources humaines

    Chapitre 2 : DEFINITION ET TYPOLOGIE D’ENTREPRISE P .7

    1- Définition de l’entreprise • L’entreprise est une organisation structurée : • L’entreprise est une unité de production : • L’entreprise est un groupement humain : • L’entreprise est une unité de répartition : • L’entreprise est un centre de décision

    DOSSIER 1 : ACTEURS ET FLUX ECONOMIQUES P.10 1- L’activité économique 2- Agents et opérations économiques 3- Le circuit économique 4- Les marchés

    DOSSIER 2 : LA PRODUCTION P.17

    1. Le facteur travail 1.1 Le rapport population active/population totale 1.2 La durée du travail 1.3 Le niveau de formation

    2. Le facteur capital 1.1 Investissement matériel et immatériel 1.2 Investissement de capacité et de productivité 1.3 Investissement brut et net

    3. La combinaison des facteurs DOSSIER 3 : LES REVENUS P.20

    1- Les revenus primaires 1.1 Formations des revenus primaires 1.2 Les revenus primaires des ménages

    2- La redistribution des revenus 3- Une redistribution efficace ?

    3.1 Arguments défavorables 3.2 Arguments favorables DOSSIER 4 : LA CONSOMMATION ET L’EPARGNE P.28

    1- La consommation des ménages 1.1 La consommation globale des ménages

    2- L’épargne

  • 3

    DOSSIER 5 : LA FORMATION DES PRIX P.32 1- L’offre et la demande

    1.1 L’offre 1.2 La demande 1.3 La formation du prix d’équilibre

    2- Les différents types de marchés Les entraves au libre jeu du marché

    3.1 Interventions de l’Etat 3.2 Les ententes entre producteurs

    DOSSIERS D’ANALYSE I- LA MONDIALISATION DE L’ECONOMIE II- L’ORGANISATION DES ECHANGES MONDIAUX

  • 4

    CHAPITRES PRELIMINAIRES

    Chapitre 1 : L’APPROCHE THEORIQUE DE L’ENTREPRISE

    Selon Adam Smith et les classiques, l’entreprise crée la valeur par le travail de

    l’homme. Elle est guidée par la recherche du profit qui motive l’entrepreneur à

    rationaliser sa production par la spécialisation et la division du travail.

    A la suite, les néoclassiques vont développer une théorie de la firme en utilisant des

    modèles mathématiques. Ces modèles permettent de réduire les différentes

    contraintes de l’entreprise (contrainte technique : contraintes financières et

    contraintes de production ; contrainte de marché ; contraintes commerciales). Il s’agit

    de modèle de fixation des prix et des quantités assurant l’équilibre entre l’offre et la

    demande sur les différents marchés (marché du travail, marché des biens et

    services, etc.).

    4- La théorie classique des organisations

    Pour les classiques, l’entreprise est une unité de production rationnelle où les

    hommes exécutent les ordres donnés par leurs supérieurs hiérarchiques dans le but

    de réaliser un profit maximum. La recherche de ce profit maximum peut selon Adam

    Smith conduire inconsciemment à la réalisation de l’optimum économique globale.

    Ce qui lui fera dire que les Agents Economiques sont guidés par une main invisible.

    Les classiques considèrent que l’activité économique obéit à une loi naturelle. Dans

    ce sens, aucun agent économique ne peut influencer ni les prix, ni les revenus, ni la

    production sur les différents marchés. Aussi, l’entreprise doit-elle s’adapter aux

    changements improvisés de l’environnement.

    Différents modèles d’organisations vont donc être préconisés afin de rentabiliser

    l’activité de l’entreprise.

    Frédéric Winslow TAYLOR (1856 – 1919) : Fondateur de l’organisation scientifique

    du travail. Il a cherché des méthodes pour améliorer l’efficacité du processus de

    production et a proposé la décomposition des tâches (chronométrés), la

    rémunération au rendement et la spécialisation des salariés. Double division du

    travail => Division verticale (spécialisation des salariés) et division horizontale

    (parcellisation des tâches).

    En 1911, l’Américain Frederick TAYLOR va préconiser l’Organisation Scientifique du

    Travail (OST). C’est un modèle d’organisation basé d’une part sur l’organisation

  • 5

    sociale du travail et d’autre part sur la division technique du travail. L’OST est définie

    comme un ensemble de méthodes destinées à maximiser la production grâce à une

    répartition des tâches de conception, d’exécution et une division poussée du travail.

    Pour Taylor, l’ouvrier n’est pas là pour réfléchir car il y a des personnes qui sont

    spécialement payées pour le faire. La seule fonction de l’ouvrier est donc d’exécuter

    des tâches. Dans l’organisation Taylorienne, le système de carotte (salaire au

    rendement) et du bâton (le châtiment) est la base de la motivation. L’organisation

    taylorienne se schématise comme suit :

    Henri FORD (1863-1987) : Industriel américain a mis en œuvre l’OST de Taylor dans

    la production automobile (Ford T).

    Henri FAYOL (1840-1925) : Fondateur de l’organisation administrative et de la

    direction des entreprises => Organiser – Coordonner – Commander – Contrôler.

    Henri FAYOL va compléter l’approche de Taylor en analysant le travail des

    dirigeants. Il définit les tâches dévolues à la Direction qui se résument à la prévision,

    l’organisation, le commandement, la coordination et le contrôle. Fayol à la différence

    de Taylor ira donc au-delà de la fonction technique de production pour prendre en

    compte l’ensemble des fonctions de l’entreprise. Il propose donc plusieurs principes

    d’administration des entreprises parmi lesquels nous pouvons citer l’unité de

    commandement, la division du travail, l’autorité et la rémunération proportionnelle à

    l’effort.

    Au total, selon l’école classique, l’homme a une répugnance naturelle pour l’effort en

    cherchant à gagner le plus possible pour un effort moindre. Il faut donc le contraindre

    à travailler.

    OST

    DIVISION SOCIALE DU TRAVAIL = Spécialisation des

    individus dans les différents métiers. Séparation des tâches

    de conception réservées à des spécialistes, des tâches

    d’exécution confiées à des ouvriers qui doivent respecter

    les ordres donnés.

    DIVISION TECHNIQUE DU TRAVAIL = Fractionnement de la

    fabrication d’un bien, décomposition du travail en tâche

    élémentaire pour éliminer les gestes superflus afin d’obtenir

    un rendement maximum

  • 6

    5- Le courant néo-classique des organisations

    Les adeptes de ce courant ont défini des modèles d’organisation et de management

    qui se fondent sur l’efficacité des structures de la firme. Ils proposent deux principes

    de management :

    - La Direction Par Objectif (DPO) : Selon ce principe, ce ne sont plus les tâches à accomplir, mais les objectifs à atteindre qui sont assignés par la direction. Il s’agit de sauvegarder l’unité de commandement et la spécialisation des fonctions. La DPO suppose : une structure par département, dotée d’une grande autonomie concernant leur propre fonctionnement, la fixation d’un objectif et la responsabilité liée aux résultats, l’autorité étant déléguée dans chacune des activités ; un contrôle de gestion appréciera le degré de réalisation des objectifs et l’utilisation faite du budget. En cas de dérapage, le contrôleur apportera les corrections et sanctionnera les responsables de l’exécution du budget. Par la suite, d’autres modèles de gestion seront développés. On distingue la Direction Participative Par Objectif (DPPO), la cogestion et l’Autogestion. - La décentralisation : il s’agit de transférer le pouvoir de décision au niveau le

    plus bas de l’exécution. C’est une situation de partage du pouvoir et des responsabilités. La décentralisation est motivée par trois facteurs : 1- la croissance externe et interne de l’entreprise (pluralité d’établissements), 2- l’internationalisation (création de succursales), 3- l’initiative du chef dont le tempérament incline à un partage de pouvoir.

    La décentralisation permet une rapidité dans la circulation de l’information, mais

    aussi, l’efficacité dans le service, l’économie des coûts, aiguise le sens de la

    responsabili